Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 27 mars 2019 - Strasbourg Edition révisée

État prévisionnel des recettes et des dépenses pour l’exercice 2020 - Section I - Parlement européen (débat)
MPphoto
 

  Jean Arthuis (ALDE). – Madame la Présidente, chers collègues, la démocratie parlementaire n’a pas de prix mais elle a un coût. Et nous, membres de la commission des budgets, avons un devoir, c’est d’assurer l’utilisation rigoureuse des euros mis à notre disposition.

Je voudrais rendre hommage à Vladimir Maňka, qui a préparé l’analyse de ce projet de budget pour le Parlement. Il l’a fait avec rigueur, il l’a fait avec les rapporteurs fictifs, je veux saluer leur engagement et l’excellence de leur travail.

Je voudrais dire que la rigueur avec laquelle le Parlement gère son budget conditionne son autorité lorsqu’il entre en négociation avec le Conseil, dans la période qui suit le vote du budget de l’Union. Le vote que nous exprimons ici est provisoire et devra être confirmé en octobre.

Ayant dit cela, je voudrais partager avec vous mon impression que nous devons lever une ambiguïté: chaque année depuis cinq ans que je préside la commission des budgets, nous avons la même difficulté, nous sommes saisis d’un projet de budget qui est le reflet d’une politique décidée par le Bureau. Il nous est arrivé d’exprimer des interrogations, des doutes sur l’évolution des effectifs, sur des créations de poste, sur des représentations diplomatiques dans tel ou tel pays hors de l’Union européenne. Les réponses qui nous ont été apportées n’ont pas toujours levé nos interrogations, mais comme il s’agissait de décisions du Bureau et de décisions des groupes, nous n’avions pratiquement pas la possibilité de remettre en cause ces choix.

Je pense donc que, dans la prochaine mandature, il faudra lever cette ambiguïté sur le ramassage, par exemple: un certain nombre de lignes de crédit sont surévaluées et en fin d’année nous constatons qu’il y a des crédits non utilisés, qui servent à financer des investissements immobiliers. Eh bien, là encore, je voudrais qu’il y ait une vision prospective de la politique immobilière et que notre budget soit marqué du sceau de la sincérité budgétaire.

Cela étant, je veux rendre hommage à tous ceux qui ont été successivement des rapporteurs pour le projet de budget du Parlement, et dire toute ma reconnaissance et mon admiration à eux et aux rapporteurs fictifs.

 
Dernière mise à jour: 28 juin 2019Avis juridique