Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 27 mars 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Qualité des eaux destinées à la consommation humaine (débat)
MPphoto
 

  Michel Dantin, rapporteur. – Monsieur le Président, c’est effectivement la dernière fois que je présente un rapport dans cette enceinte et j’ai donc envie de vous dire ce que j’ai sur le cœur après avoir entendu un certain nombre de contre-vérités ce soir.

Lorsque nous parlons du prix de l’eau, nous ne parlons pas du prix de l’eau, nous parlons du prix du service de l’eau, nous parlons du prix des tuyaux, du prix des stations d’épuration, nous parlons du prix du contrôle des analyses. J’entends bien les deux millions ou presque de citoyens qui ont signé la contribution pour une eau accessible à tous. Nous partageons tous cet objectif, mais j’entends aussi les millions de consommateurs qui nous réclament de tenir le prix de l’eau, c’est-à-dire d’avoir des investissements qui soient les plus judicieux possible pour servir l’intérêt du consommateur, du consommateur citoyen et de préserver sa santé.

On ne s’arrange pas avec les données scientifiques. L’OMS produit régulièrement des données, ce sont ces données que nous intégrons dans le texte européen. Lorsqu’on nous dit qu’il faut intégrer un certain nombre de paramètres, encore faudrait-il que l’OMS nous recommande une méthode d’évaluation sur la santé humaine. Nous n’avons pas pour les microplastiques cette méthode d’évaluation, nous n’avons pas pour les perturbateurs endocriniens cette méthode d’évaluation sur la santé humaine. Alors oui, il faut continuer à travailler. Il faut continuer à travailler avec détermination parce que l’eau est l’essentiel de la vie et parce que l’accès à une eau de qualité pour tous doit être une exigence. Si nous réussissons à améliorer l’eau du robinet, si nous garantissons à nos citoyens qu’en n’importe quelle circonstance, ils auront accès à une eau de qualité, alors oui, nous supprimerons la bouteille de plastique.

Il faut que le citoyen sache que l’eau du robinet leur coûte des milliers de fois moins cher que l’eau qu’ils achètent en bouteille dans laquelle ils semblent avoir, pour certains d’entre eux, une confiance absolue et je mets en doute cette confiance absolue.

Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, vous êtes les deux seuls dans cette assemblée à avoir un verre d’eau devant vous. Alors, levez ce verre à la santé des 500 millions de consommateurs européens. Nous devons nous battre, nous devons continuer à nous battre pour une eau de qualité. Je fais confiance à ceux qui nous succéderont.

 
Dernière mise à jour: 15 avril 2019Avis juridique