Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 27 mars 2019 - Strasbourg Edition révisée

Interopérabilité des systèmes d'information de l'UE (coopération policière et judiciaire, asile et migration) - Interopérabilité des systèmes d'information de l'UE (frontières et visas) (débat)
MPphoto
 

  Gérard Deprez, au nom du groupe ALDE. – Monsieur le Président, Messieurs les Commissaires, aujourd’hui c’est jour de fête. Pour un seul débat, nous avons deux commissaires qui se parlent et qui n’écoutent rien, mais enfin on a le plaisir de les avoir. Je ne veux pas gâcher mon plaisir.

S’il y a un dossier que je souhaitais voir aboutir au cours de cette législature, c’est bien celui de l’interopérabilité. Nous avons mis au point et modernisé ces dernières années un certain nombre de systèmes. Je les cite: VIS, ECRIS, SIS, Eurodac, ETIAS et j’en passe. Mais ces systèmes n’ont actuellement aucune connexion entre eux, ce qui affaiblit l’efficacité des données collectées et fait perdre un temps précieux aux utilisateurs qui doivent les consulter.

L’interopérabilité introduit quatre nouveautés que je soutiens. Je soutiens la création du nouveau portail européen de recherche par lequel les policiers sur le terrain et les gardes-frontières pourront vérifier simultanément tous les systèmes d’information liés à la justice, à la sécurité et au contrôle des frontières extérieures, au lieu de devoir les consulter séparément comme c’est le cas actuellement. Je soutiens le détecteur d’identités multiples par lequel les autorités de l’Union européenne seront en mesure de détecter les fraudes à l’identité et grâce auquel les angles morts, dans lesquels des personnes sont enregistrées sous différents noms dans différentes bases de données et échappent ainsi à leur réelle identification, seront évités. Je salue la création du répertoire commun de données d’identité qui facilitera grandement l’identification des ressortissants de pays tiers présents sur le territoire de l’Union. Enfin, je salue la création du service partagé de mise en correspondance des données biométriques.

Je veux rappeler également, parce que c’est important, qu’aucune donnée supplémentaire sur les personnes ne sera collectée en raison de l’interopérabilité et que toutes les règles de protection des données en place pour chaque système continueront de s’appliquer.

En conclusion, je veux féliciter nos deux collègues Jeroen Lenaers et Nuno Melo pour la qualité de leur travail et je les assure du soutien du groupe ALDE lors du vote de ces deux règlements.

Monsieur le Président, si ceci devait être la dernière fois que je prends la parole devant cet hémicycle, je serais heureux de l’avoir fait sur ce dossier.

 
Dernière mise à jour: 28 juin 2019Avis juridique