Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 3 avril 2019 - Bruxelles Edition révisée

Établissement du programme «Douane» aux fins de la coopération dans le domaine douanier - Création de l’instrument de soutien financier relatif aux équipements de contrôle douanier (débat)
MPphoto
 

  Mylène Troszczynski, au nom du groupe ENF. – Monsieur le Président, sécuriser les frontières extérieures afin de sauvegarder les intérêts financiers et économiques de l’Union européenne, voilà qui devrait mettre tout le monde d’accord. Malheureusement, le ver est dans le fruit: le logiciel idéologique de la machine compromet une protection efficace des citoyens.

Premièrement, l’union douanière ne garantit pas les protections élémentaires en son sein même. Les disparités économiques et sociales sont tellement importantes dans le marché unique qu’il est inutile de protéger l’union douanière d’une distorsion de concurrence venant de l’extérieur, alors qu’elle existe déjà à l’intérieur.

Deuxièmement, cet objectif est l’objectif intrinsèque de l’union douanière depuis sa création: nous en connaissons les résultats et le bilan, largement insuffisants.

Une volonté politique sincère, ainsi qu’un évident pragmatisme économique, font largement défaut pour conduire les destinées des nations européennes livrées aux quatre vents de la mondialisation. Je soutiendrai ce texte avec mon groupe mais, à l’heure de la signature d’accords de libre-échange avec la terre entière, je demeure sans illusion aucune quant à la capacité de l’Union européenne à protéger ses administrés.

 
Dernière mise à jour: 26 juin 2019Avis juridique