Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Jeudi 4 avril 2019 - Bruxelles Edition provisoire

Équilibre entre vie professionnelle et vie privée des parents et aidants (débat) (débat)
MPphoto
 

  Anne Sander (PPE). – Monsieur le Président, Madame la Commissaire, le temps est devenu une denrée rare, surtout quand nous sommes parents ou proches aidants.

Aujourd’hui, plus de six parents sur dix ne parviennent pas à trouver ce fragile équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle, au risque de s’exposer, parfois, à la précarité ou à l’épuisement professionnel.

Face à cette situation difficile, l’Europe a un rôle essentiel à jouer pour renforcer la solidarité qui existe, dans chaque pays, envers les familles. Et les nouvelles règles en matière de congés familiaux que nous adoptons aujourd’hui sont cette réponse d’une Europe concrète. Malgré nos différences, je me réjouis que nous soyons parvenus à avancer ensemble et à mettre au point ce socle minimal social de règles, qui contribuera au mieux-vivre ensemble.

En tenant compte de l’évolution de la société, nous avons introduit un congé européen de paternité pour garantir à tous les pères qu’ils puissent être présents pour la naissance de leur enfant. Nous avons également introduit une clause de non-transférabilité pour une partie du congé parental.

Un autre élément essentiel de cette nouvelle réglementation est l’introduction d’un congé pour les proches aidants. L’Europe est le continent qui compte le plus grand nombre de personnes âgées: près de 20 % des Européens ont soixante-cinq ans et plus. Par choix, par manque de services adéquats ou en raison de coûts importants de prise en charge, 80 % des soins sont opérés par les proches aidants. Leur accorder un congé est donc un juste retour pour un investissement vraiment très important.

Nous franchissons ici un premier pas essentiel. Aux États membres, maintenant, d’accompagner cette démarche en créant, par exemple, des maisons de répit, pour permettre à ces proches aidants de recharger leurs batteries.

 
Dernière mise à jour: 14 juin 2019Avis juridique