Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Lundi 15 avril 2019 - Strasbourg Edition révisée

Protection des personnes dénonçant les infractions au droit de l’Union (débat)
MPphoto
 

  Pascal Durand, au nom du groupe Verts/ALE. – Madame la Présidente, une Europe qui protège l’intérêt général, une Europe qui protège les citoyens de l’Union dans leur totalité est parfaitement possible. Nul besoin de sortir des traités, nul besoin de se replier à l’intérieur des frontières. Au contraire, cette Europe existe!

À un moment où la démocratie est en danger, par l’opacité, par la technicité d’un grand nombre de nouveaux produits, cette Europe, cette démocratie, a besoin des lanceurs d’alerte. Elle a besoin de citoyennes et de citoyens qui se lèvent et qui dénoncent des faits que certains voudraient cacher. Voilà ce que nous faisons aujourd’hui, voilà ce que le Parlement européen vient de faire grâce à la Commission. Merci, Madame Jourová, merci, Monsieur Timmermans, qui avez souhaité mettre cela en place. Merci également à Virginie Rozière et à tous ceux qui ont travaillé sur ce dossier.

Mais au-delà de l’importance de ce texte, je veux retenir une chose: lorsque le Parlement est uni, lorsque le Parlement veut effectivement défendre l’intérêt général, alors rien ne l’arrête – ni les conservatismes, ni les lobbies – et nous pouvons faire avancer la démocratie et le droit.

 
Dernière mise à jour: 8 juillet 2019Avis juridique