Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Lundi 15 avril 2019 - Strasbourg Edition révisée

Protection des personnes dénonçant les infractions au droit de l’Union (débat)
MPphoto
 

  Eva Joly (Verts/ALE). – Madame la Présidente, Madame la Commissaire, cette directive pour la protection des lanceurs d’alerte montre qu’il est possible de changer l’Europe. Il faut pour cela de la volonté politique, de l’optimisme et du travail.

Non, l’Europe telle qu’elle est n’est pas celle dont rêvent les écologistes, mais nous ne renonçons pas. La Commission européenne avait dit, en 2015, qu’un texte pour protéger les lanceurs d’alerte n’était pas possible à traité constant. Nous, écologistes, avons prouvé le contraire. Nous avons élaboré notre propre directive pour montrer à Jean-Claude Juncker que les traités ne doivent pas être une excuse de l’immobilisme.

Protéger les lanceurs d’alerte, c’est protéger l’essence de nos démocraties, c’est défendre l’intérêt général plutôt que de prétendus secrets d’affaires. C’est grâce à des personnes courageuses, comme Antoine Deltour, qui a révélé les LuxLeaks, que notre combat contre l’évasion fiscale avance.

Protéger les lanceurs d’alerte est une victoire parmi d’autres que nous avons arrachée grâce à notre ténacité. Une victoire particulièrement chère à mon cœur.

 
Dernière mise à jour: 8 juillet 2019Avis juridique