Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 16 avril 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Reconnaissance par les États-Unis du plateau du Golan en tant que territoire israélien et annexion possible des colonies en Cisjordanie (débat)
MPphoto
 

  Cristian Dan Preda, au nom du groupe PPE. – Madame la Présidente, Madame la Haute représentante, mon groupe s’est opposé à la tenue de ce débat. La position de l’Union européenne concernant le plateau du Golan est très claire: on ne reconnaît pas, conformément aux résolutions 242 et 497 du Conseil de sécurité, la souveraineté d’Israël sur ce territoire. Vous l’avez rappelé vous-même, Madame la Haute représentante, le 27 mars dernier dans vos déclarations.

La décision de l’administration Trump ne changera en rien la situation sur le terrain et la déclaration du 6 avril sur la Cisjordanie a été faite dans le contexte des élections israéliennes.

Ne voyez donc aucune raison de soutenir la stratégie électoraliste de l’extrême gauche de notre Parlement. Notre débat ne fera que nuire à la crédibilité de l’Union européenne comme acteur dans le processus de paix. Mais si on en discute, il faut aussi admettre que l’effondrement de l’État syrien a créé une situation encore plus volatile autour du plateau du Golan. Si l’on veut avoir une approche équilibrée, il faut aussi prendre en compte la sécurité d’Israël face à la prolifération dans la zone des milices chiites, syriennes ou soutenues par l’Iran, comme le Hezbollah.

 
Dernière mise à jour: 9 juillet 2019Avis juridique