Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 16 avril 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Reconnaissance par les États-Unis du plateau du Golan en tant que territoire israélien et annexion possible des colonies en Cisjordanie (débat)
MPphoto
 

  Maria Arena (S&D). – Madame la Présidente, Madame la Haute représentante, il est vrai que la politique étrangère européenne n’a jamais été aussi éloignée de la politique américaine qu’aujourd’hui. C’est le cas avec le Moyen-Orient, mais pas uniquement. Par exemple, les États-Unis se sont désolidarisés de l’accord iranien que vous avez soutenu, ils se sont également désolidarisés de la COP 21, et quand il s’agit d’Israël, bien entendu, les États-Unis soutiennent la partie la plus extrême du gouvernement israélien, particulièrement en décidant de changer son ambassade vers Jérusalem en la considérant comme étant la capitale. Et maintenant, avec la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté d’Israël sur le Golan, la Maison blanche envoie valser le droit international et les résolutions des Nations unies. Pourtant, la Commission, soutenue par le Conseil, a confirmé hier sa volonté de poursuivre ses négociations commerciales avec les États-Unis, que je considère comme un État voyou qui bafoue ainsi tout multilatéralisme actuel.

Alors que faire? Vous avez, Madame la Haute représentante, utilisé tout ce qui était entre vos mains, la politique, la diplomatie. Mais je pense qu’il y a deux outils qui n’ont pas été activés: ce sont les accords commerciaux et ce sont les accords d’association. Il n’y a que par les sanctions que ces pays, que ces États, pourront réagir demain pour enfin répondre à votre souhait, qui est la solution à deux États. Cette solution est de plus en plus loin aujourd’hui, loin de la politique israélienne qui parle d’annexion, mais loin aussi des Palestiniens qui ont perdu tout espoir. Je pense que l’Europe doit reprendre le flambeau et pouvoir défendre cette solution à deux États.

(L’oratrice accepte de répondre à une question «carton bleu» (article 162, paragraphe 8, du règlement intérieur).)

 
Dernière mise à jour: 9 juillet 2019Avis juridique