Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 16 avril 2019 - Strasbourg Edition provisoire

L'extradition possible de Julian Assange (débat)
MPphoto
 

  Eva Joly, au nom du groupe Verts/ALE. – Madame la Présidente, en débattant de la possible extradition de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, vers les États-Unis, nous n’abordons pas seulement le sort d’un homme, nous esquissons aussi l’avenir de nos démocraties. Nous devons défendre haut et fort la liberté d’information et la transparence, car c’est de cela qu'il s’agit. Julian Assange a rendu publiques des informations qui dérangent, notamment sur des crimes de guerre perpétrés par les États-Unis. Plutôt que de rendre compte de leurs crimes, les gouvernements veulent faire taire les voix qui s’élèvent. Nous devons opposer à cela notre attachement intact à des démocraties ouvertes, transparentes et responsables de leurs actes. C’est son courage qui est jugé aujourd’hui. Si nous acceptons d’extrader Assange, nous extraderons demain tous ceux qui publient des informations sensibles: les journalistes du Guardian, du Monde, du Spiegel qui ont publié les documents fuités par WikiLeaks. La France doit accorder l’asile à Julian Assange et défendre les couleurs de la transparence.

 
Dernière mise à jour: 9 juillet 2019Avis juridique