Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Jeudi 18 avril 2019 - Strasbourg Edition révisée

Chine, notamment la situation des minorités religieuses et ethniques
MPphoto
 

  Jean-Luc Schaffhauser (ENF). – Monsieur le Président, chers collègues, la Chine est un grand pays, un empire, c’est même l’empire du Milieu. Cet empire, au XIXe siècle, nous l’avons détruit, nous les Occidentaux: par la politique de la canonnière qui l’a obligé à ouvrir ses frontières, par l’opium imposé, par le marxisme idéologique qui a contribué également à détruire totalement ce pays.

Et ce pays s’est reconstruit, malgré tout. Il s’est reconstruit grâce à une politique libérale organisée par l’État, orientée vers le développement économique.

Alors qui sommes-nous pour donner des leçons? Certes, il y a le Tibet, les chrétiens – et je suis d’accord – mais qui sommes-nous, nous qui avons fait la guerre pour l’Alsace, nous qui avons fait deux guerres mondiales et plusieurs guerres de religion, nous qui nous sommes entretués pour des raisons politiques, sous couvert de la religion?

Alors je veux bien qu’on critique la Chine, mais il serait peut-être profitable à ce Parlement qu’il s’en tienne à la charte des Nations unies.

 
Dernière mise à jour: 8 juillet 2019Avis juridique