Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Jeudi 18 avril 2019 - Strasbourg Edition révisée

Composition du Parlement
MPphoto
 

  Jean-Marie Cavada (ALDE). – Monsieur le Président du Parlement, cher Rainer, je vais être extrêmement bref, parce que je sais que l’on n’aime pas les longs discours.

J’ai très peu pris la parole dans ce Parlement en 15 ans. J’avais promis au peuple français, aux électeurs, d’exécuter un travail acharné. J’espère y être arrivé, avec vous, grâce à vous. J’avais promis de n’accomplir que trois mandats, celui-ci est le troisième et je m’y tiens.

Je voudrais donc tous vous saluer et vous dire simplement, Monsieur le Président – et cela vous concerne en tant que voisin de la France –, une chose extrêmement simple: l’Europe vivra. L’Europe vivra malgré ceux qui voudraient replier nos pays derrière les frontières. Car l’Europe, c’est celle du Hongrois Joel Brand, qui a sauvé des dizaines de milliers de Juifs; c’est celle de Marek Edelman et du ghetto dont on vient de parler; c’est celle de Wałȩsa et de Bałka, les deux Polonais magistraux qui ont libéré leur pays du joug du communisme; c’est celle de Helmut Schmidt et de Helmut Kohl; c’est celle de Gisi Fleischmann, la Slovaque qui a sauvé des vies humaines pendant la guerre, des enfants notamment; c’est celle de Václav Havel et c’est celle de mon amie Simone Veil.

Merci, chers collègues, de m’avoir appris à devenir un meilleur citoyen que je n’étais en arrivant. Même ceux qui se sont opposés à mon travail ont fini malgré eux par m’apprendre quelque chose. Je quitte en vous remerciant infiniment et j’emporte dans mon cœur la modestie et la vigueur du travail que chacun d’entre nous fait.

(Applaudissements)

 
Dernière mise à jour: 8 juillet 2019Avis juridique