Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 16 juillet 2019 - Strasbourg Edition révisée

Déclaration de la candidate à la présidence de la Commission (débat)
MPphoto
 

  Manon Aubry (GUE/NGL). – Madame la Présidente, Madame von der Leyen, qu'allez-vous dire aux plus de 500 millions de citoyens européens qui ne vous ont pas élue? Quelle sera votre légitimité pour faire face à la crise climatique et à la crise des inégalités? Allez-vous continuer à nous dire que les caisses sont vides, comme l'ont fait vos prédécesseurs?

Pourtant, de l'argent pour nos services publics, comme pour la transition écologique, il y en a. Et il se trouve dans les paradis fiscaux. Plus de 800 milliards d'euros, c'est le chèque, ce chèque que vous faites chaque année, que l'Union européenne fait chaque année aux évadés fiscaux, aux Google, aux Amazon, à Bernard Arnault. Un chèque dont tous les citoyens européens payent le prix.

Comme le disait Victor Hugo: c'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches. Et ce paradis s'est trouvé une nouvelle présidente: vous, Madame von der Leyen. Pas un engagement, pas un mot, pas une once d'action à l'encontre des paradis fiscaux européens, comme le Luxembourg ou comme Malte. Vous êtes leur candidate, Madame von der Leyen, pas la nôtre, pas celle des peuples européens. Aucun riche ne vous craint, aucun pauvre ne vous croit. Vous incarnez les raisons de la colère des peuples, pas la réponse à cette colère.

Alors, Madame von der Leyen, regardez-le bien, ce chèque aux évadés fiscaux, nous préférons le déchirer plutôt que de voter pour vous.

 
Dernière mise à jour: 12 septembre 2019Avis juridique