Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 17 juillet 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Des zones d'air pur dans les villes de l'Union (débat)
MPphoto
 

  Younous Omarjee, au nom du groupe GUE/NGL. – Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, la pollution de l’air tue. Elle tue chaque année dans le monde 900 000 personnes. En Europe, je pense que le chiffre de Karima Delli – 600 000 personnes – est bon. En France, c’est 67 000 personnes qui, chaque année, meurent de l’air qu’elles respirent, soit à peu près 9 % de la mortalité du pays.

Les causes de ce phénomène sont connues: pollution industrielle, trafic routier ou extrême densité de la population. En tant que président de la commission du développement régional, j’ajoute que nous devons continuer à orienter des fonds structurels vers cet objectif, mais nous devons aussi repenser toute l’organisation urbaine. Nous devons aussi avoir le courage de lutter contre le lobby du «tout automobile», car nous n’avons pas oublié, nous, le scandale du «dieselgate».

Enfin, je veux dire que nous devons encore renforcer nos actions contre les États réfractaires qui ne respectent pas la directive sur la qualité de l’air, et je pense en particulier à la France qui fait preuve de très mauvaise volonté.

 
Dernière mise à jour: 18 juillet 2019Avis juridique