Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 17 juillet 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Des zones d'air pur dans les villes de l'Union (débat)
MPphoto
 

  Joëlle Mélin (ID). – Monsieur le Président, la mondialisation a, parmi ses effets pervers, entraîné une métropolisation effrénée et une pollution préoccupante. Aujourd’hui, le formidable défi des villes vertes se heurte à un constat sans appel, celui d’une pollution toujours plus intense et d’une multiplication des flux et des interactions humaines et économiques.

L’arrêt de ce processus est vital. Il faudrait désengorger les villes, accentuer les efforts d’innovation et de capture des polluants, générer des circuits vertueux, en un mot, réenraciner les villes européennes pour enfin respirer. Mais ces mesures d’urgence doivent impérativement être complétées par l’inversion totale de la spirale vicieuse en stoppant la métropolisation et en réinvestissant les terres moins urbanisées pour les rendre vivables.

La lutte contre la désertification, aussi bien humaine que végétale, doit être prioritaire. Bossuet disait: «Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes». Je formule ici le vœu d’une prise de conscience radicale afin que nous endiguions le phénomène de métropolisation à la source des pollutions de nos villes et de l’atteinte grave à notre santé.

 
Dernière mise à jour: 18 juillet 2019Avis juridique