Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Jeudi 19 septembre 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Birmanie, notamment la situation des Rohingyas
MPphoto
 

  Maria Arena, au nom du groupe S&D. – Monsieur le Président, ce lundi, les experts de la mission des Nations unies présentaient un rapport qui confirme que 600 000 Rohingyas vivent sous la menace d’un génocide au Myanmar.

Il y a un an, ces mêmes experts faisaient état d’actes génocidaires à l’égard des Rohingyas. Depuis août 2017, 740 000 Rohingyas ont dû fuir le Myanmar pour le Bangladesh. Les Rohingyas, aujourd’hui, représentent la minorité la plus persécutée au monde et le plus grand groupe apatride.

Mettre en lumière ces injustices, nous en avons beaucoup parlé, est bien entendu important. Mettre en lumière ces crimes est important pour nous, mais ce n’est pas suffisant.

Nous appelons donc à ce que l’Union, mais aussi la communauté internationale, plaide pour que les responsables de ces crimes répondent de leurs actes. Nous appelons à ce que l’Union et la communauté internationale puissent prendre des sanctions, notamment à l’égard des 100 officiers impliqués dans ces crimes et cités dans le rapport des Nations unies. Nous appelons à revoir la relation commerciale avec le Myanmar, à la lumière de ce crime contre l’humanité.

 
Dernière mise à jour: 30 septembre 2019Avis juridique