Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 9 octobre 2019 - Bruxelles Edition provisoire

Éviter les conflits d'intérêts dans l'Union européenne (débat)
MPphoto
 

  Manon Aubry, au nom du groupe GUE/NGL. – Monsieur le Président, ce débat arrive dans un contexte assez particulier, puisque demain aura lieu la seconde audition de la commissaire candidate Sylvie Goulard. Ne nous voilons pas la face: les doutes qui subsistent concernent bien son intégrité. Cela est la preuve que notre procédure initiale d’examen des conflits d’intérêts ne suffit pas à lever les zones d’ombre.

C’est la députée nouvellement élue que je suis qui vous parle et qui est surprise de voir que l’examen de l’indépendance des candidats à la Commission fait l’impasse sur les comptes bancaires ou sur les procédures judiciaires en cours à l’encontre des candidats.

Je suis surprise, aussi, de voir que nous n’avons aucun moyen de vérifier ces informations que nous devons prendre pour argent comptant, même quand ces déclarations sont complètement vides.

Je suis surprise, enfin, de voir que les mêmes normes ne s’appliquent pas à tous. Pourquoi n’avons-nous pas demandé à Josep Borrell de vendre son demi-million d’actions dans des grandes entreprises multinationales, comme Bayer, alors que nous en avons fait la demande à d’autres?

Tirons-en les leçons avant que la confiance des citoyens dans les institutions européennes soit définitivement ébranlée.

Nous vous faisons des propositions concrètes qui sont ici, dans ce document, et que je serais ravie de vous remettre, Madame, pour que cela fasse suite.

Deux propositions concrètes. Travaillons d’abord ensemble à la création d’une autorité indépendante à l’image de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique en France. Dotons-la de temps et de moyens suffisants pour effectuer un véritable contrôle des conflits d’intérêts, avant, pendant et après le mandat des commissaires.

Permettons également à cette commission d’évaluer des cas comme celui de Sylvie Goulard, qui a été rémunérée plus de 10 000 euros par mois par un think tank américain en plus de ses indemnités de députée. Et comment accepter que plus d’un tiers des députés ici soient rémunérés plus de 1 000 euros par mois en plus de leurs indemnités et qu’ils rendent ainsi des comptes aux intérêts privés plutôt qu’aux seuls électeurs? Leur confiance a été suffisamment trahie. À nous de la rétablir en montrant, une bonne fois pour toutes, que nous préférons l’éthique au fric.

(L’oratrice accepte de répondre à une question «carton bleu» (article 171, paragraphe 8, du règlement))

 
Dernière mise à jour: 7 novembre 2019Avis juridique