Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 23 octobre 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Ouverture des négociations d'adhésion avec la Macédoine du Nord et l'Albanie (débat)
MPphoto
 

  Stéphane Séjourné (Renew). – Madame la Présidente, Madame la Ministre, je serai bref. Je suis pour l’élargissement. Je suis pour que ces deux pays puissent rentrer évidemment dans l’Union européenne. Mais comment pouvons-nous rajouter deux sièges, aujourd’hui, au Conseil, alors que nos mêmes modes institutionnels sont totalement bloqués?

Je crois dans cet hémicycle, mais je crois aussi que les institutions européennes ne sont pas éternelles et qu’il faut les protéger. À un moment donné, il faut se poser la question de l’efficacité des politiques européennes et de l’efficacité de nos décisions au Conseil avant de se poser la question d’un nouvel élargissement.

Alors, quand on est pro-européen – et j’appartiens à un groupe pro-européen –, et j’assume totalement cette position, je pense qu’on peut s’interroger sur la manière de réformer le Conseil et les modes de décision, avant de se poser la question de savoir comment on rajoute deux chaises autour de la table.

Voilà la position qui, à mon avis, est une position pragmatique et qui doit aussi préserver cette institution. Il faut penser à l’Europe dans dix ans, dans trente ans. Je crois en cette Europe et je ne souhaite pas que les peuples européens deviennent eurosceptiques par notre manque d’efficacité dans les politiques européennes.

 
Dernière mise à jour: 18 novembre 2019Avis juridique