Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 13 novembre 2019 - Bruxelles Edition provisoire

Les droits de l'enfant à l'occasion du 30e anniversaire de la convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant (débat)
MPphoto
 

  Mathilde Androuët (ID). – Madame la Présidente, cet anniversaire de la Convention des droits de l’enfant est pour nous l’occasion de faire un état des lieux.

En Europe, 250 000 enfants sont portés disparus. En France, pour l’année 2017, sur 49 000 disparitions, 1 328 étaient jugées inquiétantes. Le trafic d’enfants est une réalité cruelle pour l’Union européenne. Entre 2014 et 2016, ce sont plus de 10 000 enfants migrants qui ont disparu après leur enregistrement auprès d’une administration européenne. En Belgique, en 2017, 618 enfants migrants ont disparu. Rappelons que dans les centres pour migrants, en Grèce, 40 % de la population est constituée d’enfants. Ceci n’est pas dû au hasard: l’ouverture des frontières et l’incapacité de l’administration européenne à contrôler les flux de migrants a provoqué une véritable catastrophe. De nombreux mineurs se retrouvent totalement isolés en Europe. Ces enfants sont exposés aux pires réseaux: réseaux pédophiles, trafic d’organes, réseaux de délinquance et de cambriolage qui sévissent largement dans les banlieues d’Île-de-France, d’où je viens.

En tant que maire et en tant que députée, cette date est importante: elle nous appelle à ne pas oublier que l’idéologie de déracinement de masse prônée par l’Union européenne et les Nations unies est directement responsable... (Le Président retire la parole à l’oratrice)

 
Dernière mise à jour: 10 janvier 2020Avis juridique