Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Jeudi 14 novembre 2019 - Bruxelles Edition provisoire

Situation des migrants en Bosnie, en particulier à Bihać (débat)
MPphoto
 

  Fabienne Keller (Renew). – Monsieur le Président, Madame la Ministre, chère Tytti Tuppurainen, Monsieur le Commissaire Dimitris Avramopoulos, les conditions de vie des migrants en Bosnie – comme l’ont rappelé de nombreux collègues – sont extrêmement préoccupantes: des hommes, des femmes et des enfants vivent dans des camps sans eau courante ni électricité. À Bihać, comme cela a été dit, il s’agit d’une ancienne décharge. À cela s’ajoute la surpopulation. Cela n’est pas digne de nos valeurs.

Nous devons ainsi aboutir ensemble, et sans tarder, Madame la Ministre, Monsieur le Commissaire, à des avancées pour le paquet «asile», aujourd’hui bloqué. Il est en effet important, comme l’a dit Juan López Aguilar, notre président de la commission LIBE, de garantir que chaque pays respecte ses obligations en matière d’accueil des réfugiés, selon la Convention de Genève. Et il est, de la même manière, essentiel de fixer des règles claires pour accélérer le traitement des demandes d’asile et harmoniser les conditions d’accès dans l’Union.

Nous devons aussi assumer un devoir de responsabilité, avec une solidarité entre les pays de l’Union pour assurer, notamment, un soutien aux pays de première entrée comme aux pays tiers européens – comme la Bosnie – qui font face à la pression migratoire.

 
Dernière mise à jour: 12 décembre 2019Avis juridique