Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Lundi 25 novembre 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Urgence climatique et environnementale - Conférence des Nations unies de 2019 sur les changements climatiques (COP 25) (débat)
MPphoto
 

  Karima Delli (Verts/ALE). – Madame la Présidente, chers collègues, le temps nous est compté, mais il nous échappe déjà. Les feux de forêt et les inondations se multiplient; Venise est sous l’eau; la biodiversité s’effondre; les ressources se raréfient. Tous les voyants sont au rouge! C’est ce cri d’alarme que lancent les citoyens et les scientifiques.

Face à ce constat, le temps n’est pas aux slogans politiques, à la communication vide de sens ou à la démagogie. Face à ce constat, le Parlement européen doit prendre ses responsabilités. Il est de notre devoir de déclarer l’état d’urgence écologique et climatique. Qu’est-ce que cela veut dire? Cela ne veut pas dire qu’il faut planter trois éoliennes sur une centrale à charbon ou électrifier des bus qui amènent des milliers de voyageurs pour prendre l’avion. Il ne faut pas raccommoder le système, mais il faut le changer profondément. Concrètement, Mesdames et Messieurs les parlementaires, ayez le courage de mettre en place une nouvelle PAC, faites en sorte d’instaurer une taxe kérosène. Qu’attendons-nous pour arrêter tous les projets inutiles? Pas un euro dans les énergies fossiles. Allons-nous nous réveiller? Balayons devant notre porte! Ici, depuis notre un siège, nous émettons chaque année 19 000 tonnes de CO2. Soyons raisonnables!

Je vous dis donc très simplement que la balle est dans votre camp: soit nous laissons les gouvernements ne rien faire, soit nous faisons en sorte que ce Parlement relève l’Europe pour devenir le chef de file du climat et passe à l’action. Je vous le dis: jeudi, soyons fiers de voter tous ensemble la résolution sur l’urgence écologique et l’urgence climatique.

(L’oratrice refuse une question carton bleu de Robert Rowland)

 
Dernière mise à jour: 6 décembre 2019Avis juridique