Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 26 novembre 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Préparation de la réunion du Conseil européen des 12 et 13 décembre 2019 (débat)
MPphoto
 

  Dacian Cioloş, au nom du groupe Renew. – Monsieur le Président, Madame la Ministre, nous nous préparons à une nouvelle présidence du Conseil. Les perspectives budgétaires multiannuelles sont à nouveau au programme du Conseil, à côté de nos ambitions climatiques.

L’Europe n’est effectivement pas qu’une question de budget, mais le budget est la traduction de notre ambition politique. Le Conseil aura dans son agenda deux sujets qui sont fondamentalement liés: les perspectives budgétaires et le climat. Le changement climatique est l’un des meilleurs exemples. Si nous voulons une Europe à la fois neutre en carbone et dotée d’une économie dynamique qui crée de l’emploi, nous devons assurer et soutenir cette transition. Tel est le sens du pacte vert: allier l’environnement et l’économie. Cela ne peut cependant pas se faire qu’avec des paroles et des déclarations politiques.

Je regrette que les discussions se soient focalisées jusqu’à présent sur les plafonds des dépenses que les États membres voudraient bien allouer aux projets européens, négociant jusqu’à la deuxième décimale de la virgule. Plafonnons-nous la part de nous-mêmes qui porte notre identité européenne? Est-ce une fin en soi que de limiter l’Europe à un cap infranchissable? Je ne le crois pas, et mon groupe, qui aspire à un renouveau européen, ne peut pas souscrire à cette vision. Parlons de ce que l’Europe peut faire et doit faire, et mettons collectivement les moyens sur la table pour que l’Europe ne soit pas synonyme de dépenses supplémentaires mais d’utilisation plus efficace des fonds publics, car l’Europe peut être plus efficace que nos États membres pris séparément.

Nous élirons demain une nouvelle Commission qui a un programme de travail ambitieux et nous devons donc être cohérents. N’ayons pas peur des dépenses européennes, car elles s’accompagnent généralement de moindres dépenses nationales. Bien sûr, l’Union européenne n’est pas gratuite, elle s’assortit aussi de valeurs, lesquelles doivent être partagées. Pour mon groupe, deux sujets sont fondamentaux: la réforme des ressources propres et la conditionnalité des fonds européens, et ce pour s’assurer que ces valeurs sont vraiment respectées. C’est la seule manière de donner de la consistance au projet européen. Avant de demander aux autres de le faire, nous devons nous assurer que, dans nos familles politiques, ces valeurs sont respectées et que tous les membres de nos familles politiques les respectent également.

 
Dernière mise à jour: 9 décembre 2019Avis juridique