Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 27 novembre 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Présentation, par la présidente élue de la Commission, du collège des commissaires et de leur programme (débat)
MPphoto
 

  Dacian Cioloş, au nom du groupe Renew. – Monsieur le Président, Madame la Présidente élue, chers collègues, cette commission est le fruit d’un processus d’examen sévère que ce Parlement lui a réservé mais qui devrait la rendre plus forte. Elle va devoir maintenant exécuter ses engagements, ceux que Ursula von der Leyen nous a présentés ici.

Je demande à cette Commission de nous montrer trois choses: vision, passion et ambition. C’est la seule manière de préparer l’Europe à faire face aux nouveaux défis de ce monde et, en même temps, d’enthousiasmer les citoyens. C’est bien d’enthousiasme que nous avons besoin pour mener à bien ces projets. Mme von der Leyen a parlé d’une commission géopolitique; c’est très bien, mais cela nécessite des changements en profondeur.

En tant que groupe, nous avons mis en avant quatre grandes priorités. Premièrement, nous avons l’ambition de faire de l’Europe le premier continent neutre en carbone en 2050, dont l’économie devra être prête à relever ce défi. Cela sera possible avec des entrepreneurs, des agriculteurs et des chercheurs prêts à agir. Investissons donc dans la transition avec un Just transition Fund et une banque pour le climat, dotés d’un budget à la hauteur de cette tâche.

Deuxièmement, le numérique transforme déjà notre société en offrant des possibilités considérables aux citoyens et à notre économie, mais il comporte aussi des risques. Face à cette évolution, construisons des entreprises chefs de file dans ce domaine et aidons nos petites et moyennes entreprises en leur facilitant l’accès au financement dans un cadre réglementaire pour l’intelligence artificielle, y compris à l’aide d’une réelle stratégie européenne pour les données. Je suis sûr que Margrethe Vestager et Thierry Breton seront à la hauteur de cette tâche.

Troisièmement, dans cinq ans, l’Europe parlera-t-elle encore sur un pied d’égalité avec la Chine et les États-Unis et sera-t-elle encore une voix entendue en Afrique? Nous devons aussi montrer que nous sommes capables de gérer une politique d’asile et de migration à la hauteur de nos valeurs, de construire une politique commerciale tout en ayant des clauses de durabilité mises en œuvre de manière effective, et de bâtir une vraie Europe de la défense, néanmoins ouverte sur ses partenariats.

Pour ce faire, nous devons reconnecter les citoyens à l’Europe. Nous voulons une démocratie européenne qui ne se résume pas à des élections tous les cinq ans, mais dans laquelle chacun se sent partie prenante; c’est exactement la mission de la conférence sur l’avenir de l’Europe, dont mon groupe sera un moteur. Ce sera le moyen d’enlever les obstacles institutionnels qui empêchent l’Union d’agir comme elle le doit. Le syndrome du too little too late doit être éradiqué une fois pour toutes. Sinon, ce ne sera pas M. Schinas, avec son portefeuille, mais les Américains ou, pire encore, les Chinois qui décideront demain de notre mode de vie.

 
Dernière mise à jour: 20 décembre 2019Avis juridique