Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 27 novembre 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Présentation, par la présidente élue de la Commission, du collège des commissaires et de leur programme (débat)
MPphoto
 

  Gwendoline Delbos-Corfield (Verts/ALE). – Madame la Présidente, cette démocratie européenne, encore jeune et fragile, n’est pas totalement mature et n’est certainement pas fédéraliste. Ce sont les États membres qui nomment les commissaires et cela permet à deux gouvernements, la Hongrie et la Pologne, d’envoyer des commissaires qui leur sont loyaux. Pourtant, l’article 7 a été déclenché contre ces deux pays car ils enfreignent les règles de l’état de droit les plus élémentaires et nos valeurs.

Aujourd’hui, le candidat envoyé pour la Hongrie est censé représenter les droits fondamentaux de l’Union européenne dans des pays demandant l’adhésion. Quelle terrible provocation de cette Commission, qui s’est engagée, en paroles, sur les questions d’état de droit et des libertés fondamentales. Pourrez-vous réellement agir malgré les pressions des États membres et malgré la trop grande puissance du processus intergouvernemental? Saurez-vous être au service des citoyens européens et des valeurs européennes et non aux ordres des États membres?

Le Parlement a joué son rôle en rejetant des candidats ayant trop de conflits d’intérêts. Il joue aussi son rôle en interrogeant les commissaires désignés sur le respect des valeurs de notre union et leur indépendance à l’égard de leurs États membres. À votre tour d’être courageux!

Un portefeuille n’a pas changé de nom au cours des semaines. Vous maintenez un portefeuille qui s’intitule démocratie et démographie. Pour une féministe, cette association de mots fait froid dans le dos et cette commissaire, Mme Suica, est celle qui est chargée de la conférence sur le futur de l’Europe. Lors de son audition, cette candidate a refusé de condamner la théorie du grand remplacement. Vous comprendrez alors, encore une fois, notre inquiétude à l’égard de cette Commission. Saurez-vous assurer un avenir de l’Europe féministe, inclusif et garant des libertés fondamentales?

 
Dernière mise à jour: 27 janvier 2020Avis juridique