Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 27 novembre 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Ingérence d'autres pays dans nos démocraties et nos élections (débat d'actualité)
MPphoto
 

  Nathalie Loiseau, au nom du groupe Renew. – Madame la Présidente, Madame la Vice-présidente, ce qui fonde notre modèle européen, c’est d’abord la liberté de choisir ceux qui nous gouvernent. Or, de plus en plus souvent, nous voyons des puissances étrangères chercher à influencer le résultat de nos votes dans le but évident de nous affaiblir. Nous pouvons le constater, nous pouvons le déplorer, nous pouvons condamner ces ingérences, ou plutôt ce cancer qui s’acharne à abîmer notre monde libre. Mais nous devons surtout agir et agir sans tarder.

Pour ce faire, pourquoi ne pas créer une agence européenne de protection des démocraties qui apporterait à chaque État membre l’expertise nécessaire pour contrer les cyberattaques, les manipulations et la désinformation qui visent les processus électoraux? Nous avons bien une agence européenne de protection de notre sécurité alimentaire. Si nous sommes capables de protéger ce qui vient dans notre assiette, nous devrions pouvoir protéger ce qui passe par nos urnes et nos bulletins de vote. L’intoxication démocratique a des conséquences au moins aussi graves que l’intoxication alimentaire, elle est parfois beaucoup plus difficile à guérir.

Madame la Présidente, je vous félicite pour votre élection et je vous remercie pour votre engagement à protéger nos démocraties.

 
Dernière mise à jour: 20 décembre 2019Avis juridique