Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 27 novembre 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Situation en Israël et en Palestine, y compris les colonies (débat)
MPphoto
 

  Mounir Satouri (Verts/ALE). – Madame la Présidente, Madame la Haute représentante, à l’heure où les États-Unis réinventent à leur guise le droit international, je salue la sobriété juridique et la constance européenne.

Conformément au droit international, le jugement de la Cour de justice de l’Union européenne réitère ses positions. Elle distingue Israël de ses colonies implantées en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et sur le plateau syrien du Golan, c’est essentiel. Nous le savons, la colonisation est un frein réel à la paix. Depuis 1967, sans même compter Jérusalem-Est, nous sommes passés de 16 000 à 427 000 colons, ce sont les chiffres de 2018 de l’organisation israélienne Peace Now. Merci donc à l’Europe qui reste forte sur ses valeurs, mais il est aussi temps pour notre Europe d’être à la hauteur de par ses actes.

Il est temps de contribuer à faire la paix concrètement. L’Union européenne a suffisamment proclamé le droit; il lui appartient désormais de l’appliquer et de le faire respecter, car elle en a les moyens. Il appartient à la Commission de s’assurer que les États membres respectent l’étiquetage des produits des colonies. Il incombe également au Conseil d’avoir le courage d’aller plus loin et d’assumer de faire appliquer le droit international.

 
Dernière mise à jour: 23 janvier 2020Avis juridique