Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Jeudi 28 novembre 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Situation des libertés en Algérie
MPphoto
 

  Frédérique Ries (Renew). – Monsieur le Président, Madame la Haute représentante, le régime algérien opprime la liberté; il opprime les libertés depuis le 22 février, jour de lancement du Hirak, le mouvement populaire de protestation pacifique né dans les rues d’Alger qui s’est étendu maintenant à tout le pays. Les manifestants ont aujourd’hui dans le viseur l’élection présidentielle du 12 décembre, qui a été fixée par l’armée et annonce un peu plus encore la glaciation du pouvoir.

Le régime algérien bafoue les droits des étudiants, des journalistes, des syndicalistes et des ouvriers qui sont dans la rue depuis dix mois maintenant, et ceux, en particulier, des 42 manifestants condamnés à six mois de prison pour avoir défilé avec l’étendard amazigh. Car aujourd’hui, faire flotter un drapeau berbère dans les rues d’Alger conduit en prison.

Notre résolution condamne justement toutes ces dérives autoritaires du régime; elle dit notre attachement à la soif d’indépendance du peuple algérien et de la jeunesse qui souffre de la mal-vie. Comme ils disent là-bas aussi (...), nous demandons la liberté pour le peuple algérien.

 
Dernière mise à jour: 24 janvier 2020Avis juridique