Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 17 décembre 2019 - Strasbourg Edition provisoire

Conditions de bien-être animal lors du transport vers des pays tiers (débat)
MPphoto
 

  Karima Delli (Verts/ALE). – Madame la Présidente, mes chers collègues, plusieurs millions d’animaux subissent chaque année, en Europe, d’effroyables conditions de transport: ils sont enfermés, exploités, violentés. Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur cette maltraitance animale. Les animaux ont le droit au respect, à la bienveillance, comme les êtres humains.

L’an dernier, plusieurs ONG ont démontré que 70 % des camions inspectés à la frontière bulgare ne respectaient pas la législation européenne. Nous devons faire toute la lumière sur ces pratiques. C’est pour cette raison que nous réclamons une commission d’enquête.

Mais il faudrait aller plus loin. L’Europe doit se préoccuper du bien-être des animaux, et cela commence par la réduction de la durée maximum du voyage et l’interdiction des exportations animales de l’Union vers des pays tiers.

Les animaux sont des êtres sensibles, des êtres vivants; ce ne sont pas des choses, ce ne sont pas des objets. Ainsi, l’Union européenne doit désormais leur apporter toute son attention, son engagement, pour qu’eux aussi méritent d’être une priorité.

 
Dernière mise à jour: 17 février 2020Avis juridique