Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 14 janvier 2020 - Strasbourg Edition provisoire

Situation en Libye (débat)
MPphoto
 

  Maria Arena (S&D). – Madame la Présidente, Monsieur Borrell, vous avez décrit une situation libyenne effectivement insupportable. Insupportable pour les populations civiles libyennes, dangereuse pour la stabilité régionale, au Maghreb mais aussi au Sahel, vous l’avez mentionné, et enfin dangereuse pour la sécurité européenne. À cela s’ajoutent les violations massives des droits de l’homme sur le territoire libyen, des migrants bloqués qui font l’objet de trafics, des activistes assassinés ou disparus – la députée Siham Sergewa qui aujourd’hui est disparue depuis plus de six mois –, mais aussi des femmes maltraitées par le régime libyen.

Si la solution n’est pas militaire, elle n’est pas non plus autoritaire. Or, il semble qu’avec les interventions turque, russe et égyptienne, non seulement le militaire prend le pas, mais le modèle qu’elles défendent est loin d’être un modèle qui défend les droits de l’homme. L’Europe a donc encore une fois un rôle à jouer, un rôle important sur la scène diplomatique et politique: la conférence de Berlin, bien sûr, la médiation et le dialogue avec l’ensemble des interlocuteurs et enfin la promotion de la démocratie et des droits de l’homme. Merci pour votre action.

 
Dernière mise à jour: 27 janvier 2020Avis juridique - Politique de confidentialité