Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 15 janvier 2020 - Strasbourg Edition provisoire

Position du Parlement européen concernant la conférence sur l'avenir de l'Europe (débat)
MPphoto
 

  Dacian Cioloş, au nom du groupe Renew. – Monsieur le Président, chers collègues, nous disons souvent à cette tribune que la diversité est un atout de l’Europe. Maintenant, une fois de plus, nous aurons l’occasion de le démontrer. Les élections européennes ont montré que les citoyens européens croient en l’Europe, mais ils veulent une Europe meilleure, différente, une Europe renouvelée. Le premier changement doit être dans la façon d’associer les citoyens à ces processus européens parce que l’Europe n’a pas été créée pour Bruxelles ou pour une élite ou pour une bulle mais pour servir tous les citoyens. La conférence peut devenir une opportunité formidable de renouveler l’Europe si nous avons le courage de sortir de notre mode de pensée procédural et de donner vraiment la parole aux citoyens dans leur diversité.

Pourtant, au cours des années, nous avons souvent laissé se développer le sentiment que l’Europe n’écoute pas, que l’Europe signifie des règles et des contraintes. L’Europe qui construit est souvent cachée derrière des restrictions. La conférence est une chance pour ouvrir les portes de l’Europe aux citoyens et ce n’est pas pour rien que nous avons défendu la date du 9 mai pour son lancement. Nous devons trouver des solutions pour associer de façon régulière les citoyens et pas seulement une fois tous les cinq ans pour les élections.

Bien sûr, j’entends certains États membres qui sont inquiets parce qu’ils ont peur de perdre de leurs responsabilités, mais, j’en suis convaincu, la démocratie participative et la démocratie représentative, à travers le processus parlementaire, sont complémentaires et non pas opposées.

Chers collègues, nous nous donnons deux ans et demi pour présenter des idées qui devraient non seulement rendre le fonctionnement de nos institutions plus efficace et plus lisible, mais également faire en sorte que nos priorités fassent écho aux attentes de ceux qui veulent que l’Europe soit une vraie maison commune. Beaucoup de gens la vivent déjà de cette manière et je pense que nous avons beaucoup à apprendre de leur façon de combiner leurs liens à un territoire et à une culture spécifique mais aussi de ce partage européen puisque l’Europe, c’est les deux à la fois.

C’est la dernière session de nos amis britanniques à Strasbourg cette semaine, et nous venons aussi de célébrer les dix ans du traité de Lisbonne. Je ne fais pas de lien entre les deux évènements, mais il est clair que le temps est venu de rafraîchir l’Europe et de l’adapter aux défis d’aujourd’hui car sans le syndrome de la bulle européenne, l’Europe peut se reconstruire de sa diversité et le Parlement européen doit être le promoteur de cette nouvelle vision.

 
Dernière mise à jour: 20 février 2020Avis juridique - Politique de confidentialité