Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 15 janvier 2020 - Strasbourg Edition provisoire

Réforme des principes généraux relatifs à la comitologie (débat)
MPphoto
 

  Pascal Durand, au nom du groupe Renew. – Monsieur le Président, Monsieur Šefčovič, on est entre nous, donc on peut peut-être se parler franchement, on va donc le faire. Vous savez très bien que si la Commission a donné ce texte, c’est parce qu’elle se retrouve entre le marteau du Conseil et l’enclume des grandes sociétés qui disent: si vous ne prenez pas de décision, nous poursuivrons la Commission et l’Union européenne. Vous êtes donc obligé de trancher là où le Conseil fait preuve d’une lâcheté effrayante. Nous sommes quand même en train de parler – et vous l’avez dit et nous le savons tous ici – de la santé de 500 millions de consommatrices et de consommateurs européens. Nous sommes en train de parler de produits chimiques, d’OGM, et je le dis devant le Parlement, dont je suis membre, nous sommes obligés maintenant de prendre des objections. Vous l’avez dit, elles ne sont pas encore très nombreuses mais elles sont de plus en plus nombreuses, parce que nous sommes dans une société de plus en plus complexe. On nous demande, en fait, de statuer en urgence dans du binaire: oui ou non. Ce n’est plus acceptable, ce n’est plus possible. Monsieur Šefčovič, je venais vous entendre d’abord et avant tout pour savoir si la Commission allait continuer à faire de cette question une priorité, car c’en est une pour la démocratie et pour les citoyens. On ne va pas entrer aujourd’hui dans le détail de savoir comment on peut faire, mais je pense que donner une prime à ceux qui ne votent pas, c’est peut-être augmenter la lâcheté, mais c’est un autre débat. En tout cas, je suis heureux de vous avoir entendu dire que c’était une question qui restait à l’agenda de la Commission pour l’année qui vient. J’espère que le Parlement pourra vous aider à avancer.

Permettez-moi de terminer en rendant hommage au travail de mon collègue Richard Corbett, avec lequel nous avions élaboré un avis en commission des affaires constitutionnelles dans la dernière mandature, à tout ce travail que Richard a pu faire dans ce Parlement, et de dire, à mon tour, à quel point je regrette de voir des députés comme lui nous quitter à cause des mensonges de ceux qui sont là-bas.

 
Dernière mise à jour: 31 janvier 2020Avis juridique