Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Jeudi 16 janvier 2020 - Strasbourg Edition provisoire

Nigeria, notamment les récents attentats
MPphoto
 

  Maria Arena, au nom du groupe S&D. – Madame la Présidente, le Nigeria est le pays le plus peuplé d’Afrique avec plus de 200 millions d’habitants, avec une prévision à 500 millions d’habitants d’ici 2050. C’est également la plus grande force économique d’Afrique, ce qui lui vaut le nom de géant d’Afrique.

Le Nigeria fait face à de nombreuses tensions: Boko Haram qui tente d’occuper le nord-est et qui est l’auteur d’attaques terroristes qui ont fait, depuis plus de dix ans, des milliers de morts, mais aussi des millions de déplacés; tensions entre les bergers et les agriculteurs, qui n’est ni un conflit ethnique, ni un conflit religieux, mais le résultat des changements climatiques, qui poussent les bergers à occuper les terres plus fertiles, occupées actuellement par les agriculteurs.

Ce conflit est également sanglant du fait de la circulation des armes en provenance de la Libye: le conflit libyen a donc des effets sur la région du Sahel et du Nigeria. La réponse doit donc être globale.

Premièrement, le soutien à la solution libyenne et le contrôle de l’embargo des armes à destination de cette région. Deuxièmement, une garantie que l’exploitation des ressources naturelles au Nigeria (le pétrole, le gaz, mais aussi les métaux) permettra aux populations de se développer. Je rappellerai ici le cas de Shell qui a été attaqué par les populations locales parce que Shell était auteur de pollution importante et de vols par rapport aux ressources pétrolières. Troisièmement, une aide humanitaire urgente aussi pour les dix millions de personnes victimes de cette instabilité. Quatrièmement, un contrôle de la criminalité mondiale liée aux trafics: drogue, armes, ou prostitution, facilités par des systèmes financiers globaux qui permettent l’évasion fiscale au niveau du Nigeria. Et enfin, l’Union européenne doit considérer le Nigeria comme un partenaire prioritaire dans le cadre de sa stratégie Union-Afrique, car la stabilité du Nigeria est primordiale pour la région: pour le Sahel, le Tchad, le Cameroun, le Niger, qui sont ses voisins (4 000 kilomètres de frontières), mais aussi pour le Golfe de Guinée, qui est aujourd’hui le lieu de tous les trafics, et aussi pour l’ensemble du continent africain. Par conséquent, le Nigeria doit rester un partenaire privilégié.

 
Dernière mise à jour: 7 février 2020Avis juridique