Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Jeudi 16 janvier 2020 - Strasbourg Edition provisoire

Nigeria, notamment les récents attentats
MPphoto
 

  Dominique Bilde (ID). – Madame la Présidente, l’infiltration islamiste en Afrique de l’Ouest semble avoir trouvé dans le Nigeria son apogée le plus terrifiant: attentats, enlèvements et exécutions sommaires, notamment le jour de Noël. Qui pourrait contester désormais que la religion chrétienne reste la plus persécutée en Afrique, comme ailleurs du reste? Comment pourrait-il en être autrement alors que la communauté internationale persiste à rester l’arme au pied? Dans le Sahel, la France, seule, porte à bout de bras la lutte antiterroriste sur une étendue de huit millions de kilomètres carrés comparable à l’Europe. Pire, l’Occident semble prendre un malin plaisir à mettre des bâtons dans les roues aux États africains aux prises avec l’hydre islamiste. Que dire, par exemple, des hauts cris poussés par tant de belles âmes contre les mesures prises par le Nigeria à l’encontre de certaines ONG, et ce alors que tant d’exemples avérés de collusion, d’attaques ou d’infiltration de ces organisations incitent à la prudence? À l’heure où l’islamisme viole et décapite, il est urgent de resserrer les rangs car à l’évidence, cette guerre ne se gagnera que par les nations souveraines.

 
Dernière mise à jour: 7 février 2020Avis juridique