Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 108kWORD 21k
24 juin 2016
E-003655/2016(ASW)
Réponse donnée par M. Andriukaitis au nom de la Commission
Référence de la question: E-003655/2016

Dans son plan d'action de 2011 pour combattre les menaces croissantes de la résistance aux antimicrobiens (RAM) (1), la Commission européenne s'est attaquée au problème de la RAM en adoptant une approche globale multisectorielle dans le droit fil de l'initiative «Une seule santé» (One Health), qui couvre ainsi les aspects humain et vétérinaire afin de protéger tant la santé humaine que la santé animale.

En particulier, les programmes-cadres de l'UE pour la recherche se concentrent sur la mise au point de nouveaux antimicrobiens, de traitements de substitution tels que les bactériophages (2), d'outils de diagnostic et de vaccins, ainsi que sur une meilleure compréhension de la RAM. Un programme spécifique consacré à la RAM, intitulé «New Drugs for Bad Bugs» (3), a été mis en place dans le cadre de l'initiative en matière de médicaments innovants. En outre, la Commission européenne et la Banque européenne d'investissement ont récemment mis en place un nouveau dispositif financier, «InnovFin Recherche sur les maladies infectieuses», qui permet d'accorder des prêts aux inventeurs souhaitant mettre au point des solutions de substitution (4). Dans le cadre d'actions récentes et en cours relevant du programme Horizon 2020, la Commission européenne s'est aussi penchée sur la résistance aux antimicrobiens et les systèmes de production animale de substitution pour réduire l'utilisation des antimicrobiens (5).

En outre, l'initiative de programmation conjointe sur la résistance aux antimicrobiens (IPC RAM), au moyen de son programme de recherche stratégique axé sur les actions de recherche, coordonne le financement national et soutient la collaboration en vue de pallier le déficit de connaissances dans ce domaine.

Le plan d'action a récemment fait l'objet d'une évaluation, laquelle souligne la nécessité de continuer à soutenir les activités de recherche et de développement, notamment la mise au point de nouveaux antimicrobiens, de tests de diagnostic rapide, de vaccins et de produits de remplacement des antimicrobiens.

(1)http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2011:0748:FIN:FR:PDF
(2)http://www.jpiamr.eu/
(3)http://www.imi.europa.eu/content/nd4bb
(4)http://www.eib.org/products/blending/innovfin/products/infectious-diseases.htm?lang=fr
(5)Programme de travail 2016-2017 Horizon 2020 «Sécurité alimentaire, agriculture et sylviculture durables, recherche marine, maritime et dans le domaine des eaux intérieures et bioéconomie» (références SFS-36-2017 et SFS-46-2017): http://ec.europa.eu/research/participants/data/ref/h2020/wp/2016_2017/main/h2020-wp1617-food_en.pdf

Avis juridique