Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

Questions parlementaires
PDF 102kWORD 18k
5 septembre 2017
E-005531-17
Question avec demande de réponse écrite E-005531-17
à la Commission
Article 130 du règlement
Elly Schlein (S&D) , Ana Gomes (S&D) , Eleonora Forenza (GUE/NGL) , Cornelia Ernst (GUE/NGL) , Judith Sargentini (Verts/ALE) , Marie-Christine Vergiat (GUE/NGL) , Sergio Gaetano Cofferati (S&D) , Barbara Spinelli (GUE/NGL) , Ska Keller (Verts/ALE) , Juan Fernando López Aguilar (S&D) , Ernest Urtasun (Verts/ALE) , Cécile Kashetu Kyenge (S&D) , Kathleen Van Brempt (S&D) , Dietmar Köster (S&D) , Ulrike Lunacek (Verts/ALE) , Eva Joly (Verts/ALE) , Birgit Sippel (S&D) , Tanja Fajon (S&D) , Julie Ward (S&D) , Massimo Paolucci (S&D) , Flavio Zanonato (S&D)

 Objet:  accord présumé avec des milices libyennes pour endiguer les flux de migrants
 Réponse écrite 

Selon un rapport d'Associated Press, de hauts responsables de la sécurité et des miliciens libyens ont révélé que le gouvernement de Tripoli aurait payé des milices, aussi impliquées dans la traite d'êtres humains, afin d'endiguer le flux de migrants, en échange d'équipement, de bateaux et de salaires, dans le cadre d'un accord approuvé par le gouvernement italien. L'une de ces milices a également été identifiée par le groupe d'experts des Nations unies sur la Libye comme étant un important intermédiaire dans le trafic d'êtres humains.

Selon les sources d'Associated Press, il s'agit là d'une des principales raisons de la diminution du nombre d'arrivées en provenance de Libye au cours des deux derniers mois. L'Union européenne a apporté un soutien important au gouvernement libyen, y compris par l'intermédiaire du fonds fiduciaire d'urgence pour l'Afrique, ainsi qu'avec un projet impliquant un financement de 46 millions d'euros, destiné à la formation des garde-côtes libyens, au renforcement des frontières et à l'amélioration des conditions de vie des migrants dans les centres de rétention.

La Commission a-t-elle connaissance de l'existence de ce type d'accords avec des milices locales? Quelles mesures la Commission entend-elle prendre pour garantir que les fonds européens ne finissent pas entre les mains de milices et de trafiquants d'êtres humains? Si ces allégations sont confirmées, la Commission envisagera-t-elle une suspension des financements?

Langue originale de la question: EN 
Avis juridique