Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 106kWORD 20k
13 février 2018
E-007189/2017(ASW)
Réponse donnée par M. Avramopoulos au nom de la Commission
Référence de la question: E-007189/2017

En ce qui concerne la mise en œuvre de l'«Action conjointe pour le futur sur les questions migratoires UE-Afghanistan», la Commission tient à actualiser les informations fournies le 20 novembre 2017 à la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, ainsi qu'à apporter aux Honorables Parlementaires quelques précisions relatives aux vols de retour.

Depuis la première application de l'action conjointe pour le futur, le 2 octobre 2016, 23 vols charters ont été effectués entre le 12 décembre 2016 et le 21 décembre 2017, coordonnés et financés par l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex). Le coût total de ces vols s'élève à 5 479 694,95 euros.

Les vols ont été organisés par l'Autriche, le Danemark, la Finlande, l'Allemagne, la Hongrie et la Suède, et sont partis de ces pays, respectivement au départ des aéroports suivants: l'aéroport international de Vienne, l'aéroport de Copenhague, les aéroports d'Helsinki‐Vantaa et Lappeenranta, l'aéroport international de Düsseldorf, l'aéroport de Francfort-sur-le-Main, l'aéroport de Leipzig, l'aéroport de Munich‐Franz Josef Strauss, l'aéroport international de Budapest et l'aéroport de Stockholm‐Arlanda.

Au total, 358 ressortissants de pays tiers ont été renvoyés en Afghanistan lors d'opérations coordonnées par l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes. La vaste majorité des personnes soumises à un retour sont des hommes adultes, avec un petit nombre de femmes (11) et de mineurs (6), qui ont été renvoyés avec leur famille. La Commission et l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes ne disposent pas d'informations sur l'âge exact de ces personnes.

Dernière mise à jour: 7 juin 2018Avis juridique