Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 107kWORD 19k
21 février 2018
E-007217/2017(ASW)
Réponse donnée par M. Navracsics au nom de la Commission
Référence de la question: E-007217/2017

Si le programme officiel de stages de la Commission européenne est en effet ouvert à tous les candidats éligibles quelle que soit leur nationalité, il ne favorise pas pour autant les candidats issus de pays non membres de l'Union européenne (UE). L'article 2 des dispositions relatives au programme officiel de stages de la Commission européenne(1) dispose en effet que seul un nombre limité de ressortissants de pays tiers est accepté en fonction des ressources disponibles.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes: en 2016, le Bureau des stages a reçu 28 353 candidatures, soit 19 881 de candidats issus de l'Union européenne et 8 472 de candidats issus de pays tiers. Ces derniers représentent donc 29,9 % des candidatures. La Commission ne peut offrir qu'une moyenne de 1 300 stages par an, répartis entre ses services, le Service européen pour l'action extérieure et les agences européennes(2) avec lesquelles elle a signé des accords.

Ont donc été sélectionnés en 2016, 1 303 stagiaires dont 60 stagiaires non-UE qui représentent par conséquent 4,6 % de la population totale de stagiaires.

Les 60 candidats issus de pays tiers venaient des pays suivants: Argentine, Arménie, Brésil, Chine, Colombie, Congo, Corée du Sud, Géorgie, Inde, Israël, Japon, Kosovo, ARYM(3), Maroc, Mexique, Moldavie, Monténégro, Palestine, Russie, Servie, Turquie et Ukraine.

(1)Décision de la Commission du 02.03.2005 — C(2005)458.
(2)Consumers, Health, Agriculture and Food Executive Agency, Éducation, Culture and Audiovisual Executive Agency, Executive Agency for Small and Medium-sized Enterprises, European Fisheries Control Agency, European Research Council Executive Agency, European Defence Agency, Innovation and Networks Executive Agency, Research Executive Agency, Single European Sky ATM Research (SESAR) Joint Undertaking, European Data Protection Supervisor, Clean Sky Joint Undertaking, Single Resolution Board, Shift2Rail Joint Undertaking, European Environment Agency.
(3)Ancienne République yougoslave de Macédoine.

Dernière mise à jour: 7 juin 2018Avis juridique