Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 103kWORD 18k
18 juin 2018
E-003297-18
Question avec demande de réponse écrite E-003297-18
à la Commission
Article 130 du règlement
Marie-Christine Arnautu (ENF)

 Objet:  Lutte contre l'immigration clandestine en mer Méditerranée et coopération loyale avec l'Autriche
 Réponse écrite 

Depuis 2013, 700 000 immigrés ont débarqué en Italie. Conformément à la volonté populaire exprimée lors des élections générales, le gouvernement italien a interdit à l'Aquarius, navire affrété par l'ONG pro-immigration SOS Méditerranée, de débarquer sur le sol italien près de 600 clandestins recueillis au large des côtes nord-africaines.

Les dirigeants hongrois, slovaques et autrichiens se sont félicités de cette décision démontrant qu'il suffit de faire preuve de volonté politique pour contrôler les frontières maritimes. Le ministre de l'intérieur allemand, en conflit avec la chancelière allemande, est sur la même ligne. Et, selon le sondeur Alessandro Amadori, s'appuyant sur des enquêtes réalisées par l'Istituto Eumetra et l'Istituto di Affari Internazionali, 80 % des Italiens soutiennent l'action du gouvernement sur le dossier migratoire.

Dès lors, ni l'ONU, ni la Commission, pas plus qu'Emmanuel Macron, n'avaient à intervenir pour sermonner l'Italie. Et, pour rappel, lorsque Malte avait interdit au C-Star, navire de l'opération Defend Europe, d'accoster à La Valette, les instances européennes ne s'étaient pas émues. Au contraire…

La Commission compte-t-elle enfin prendre des mesures drastiques contre l'invasion migratoire, pour que cesse, notamment, le trafic des ONG pseudo-humanitaires en mer Méditerranée? Coopérera-t-elle loyalement avec l'Autriche, qui accède à la présidence de l'Union et a fait de la lutte contre l'immigration illégale sa priorité?

Dernière mise à jour: 5 juillet 2018Avis juridique