Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 101kWORD 20k
14 novembre 2018
E-004848/2018(ASW)
Réponse donnée par le Vice-président Dombrovskis au nom de la Commission européenne
Référence de la question: E-004848/2018

Les risques dans le secteur financier de l'UE ont diminué au cours des dernières années. Le secteur bancaire de l'Union est beaucoup mieux capitalisé qu'avant la crise financière de 2008/2009. En outre, la liquidité s'est améliorée; l'effet de levier et les montants totaux d'exposition au risque ont été réduits; et les sources de financement ont considérablement gagné en stabilité. L'augmentation des dépôts a renforcé la structure de financement des banques. Dans l'ensemble, les bilans et les modèles économiques des banques sont devenus beaucoup plus durables. Les autres réformes de la réglementation qui sont en cours de négociation permettront d'améliorer la résilience du système dans son ensemble. Néanmoins, les banques européennes sont aujourd'hui confrontées à d'importants défis, de nature conjoncturelle et structurelle. La faible rentabilité structurelle, la forte proportion de prêts improductifs, les entreprises de technologie financière et les nouveaux venus sur le marché exercent une pression de consolidation sur le secteur bancaire européen qui pourrait entraîner des économies d'échelle et une meilleure diversification de l'exposition aux risques de marché spécifiques locaux.

Après la crise, les banques ont rationalisé leurs opérations, également en réduisant leur présence géographique, dans certains cas en inversant un processus d'expansion en cours depuis des années. Toutefois, l'intégration ou la consolidation transfrontière pourrait contribuer à un meilleur partage des risques par le secteur privé au sein de l'Union monétaire européenne (UME) et rendre ainsi cette dernière plus résistante aux chocs. La consolidation, au moins dans certains secteurs d'activité, pourrait aussi permettre aux banques de mieux fonctionner dans le marché mondial et d'affronter la concurrence accrue des établissements non bancaires. Toutefois, chaque consolidation au sein d'un État membre, ainsi que chaque expansion transfrontière, doit être soigneusement évaluée en fonction de ses caractéristiques propres, notamment afin de veiller à ce qu'elle ne réduise pas la concurrence au détriment des emprunteurs et des épargnants.

Dernière mise à jour: 15 novembre 2018Avis juridique