Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

Questions parlementaires
PDF 45kWORD 18k
18 avril 2019
E-002071-19
Question avec demande de réponse écrite E-002071-19
à la Commission
Article 130 du règlement
Miguel Urbán Crespo (GUE/NGL) , Xabier Benito Ziluaga (GUE/NGL) , Tania González Peñas (GUE/NGL) , Estefanía Torres Martínez (GUE/NGL) , Gabriele Zimmer (GUE/NGL) , Ana Miranda (Verts/ALE) , Javier Couso Permuy (GUE/NGL) , Lynn Boylan (GUE/NGL) , Matt Carthy (GUE/NGL) , Bodil Valero (Verts/ALE) , Barbara Spinelli (GUE/NGL) , Marina Albiol Guzmán (GUE/NGL) , Eleonora Forenza (GUE/NGL) , Cornelia Ernst (GUE/NGL) , Bart Staes (Verts/ALE) , António Marinho e Pinto (ALDE) , Stelios Kouloglou (GUE/NGL) , Younous Omarjee (GUE/NGL) , Marie-Pierre Vieu (GUE/NGL) , Izaskun Bilbao Barandica (ALDE) , Ernest Urtasun (Verts/ALE) , Josep-Maria Terricabras (Verts/ALE) , Sabine Lösing (GUE/NGL) , Jordi Solé (Verts/ALE)

 Objet:  Scandale lié à des opérations d'espionnage et de sabotage contre des opposants politiques en Espagne
 Réponse écrite 

L'Espagne est secouée par un scandale impliquant potentiellement, de manière directe ou indirecte, des partis politiques au gouvernement et une partie des médias nationaux. Ces faits constituent une atteinte grave à l'état de droit et à la libre participation politique.

Le scandale porte sur des opérations d'espionnage et de sabotage contre des opposants politiques, supposément orchestrées par le ministère espagnol de l'intérieur sous le mandat de l'ancien Premier ministre Mariano Rajoy (Parti populaire) et exécutées par de hauts fonctionnaires, avec le concours d'une partie des médias nationaux.

Ces actes déloyaux auraient peut-être été motivés par l'arrivée de cinq députés «Podemos» au Parlement européen en 2014 et par des sondages d'opinion indiquant un soutien croissant pour ce parti lors des prochaines élections.

L'invention de preuves accablantes en vue d'une campagne de dénigrement et le vol d'un téléphone portable appartenant à un assistant parlementaire de Pablo Iglesias quelques jours après la fin de son mandat au Parlement européen s'inscrivent dans une série d'événements désormais connus sous le nom de «cloaques de l'État espagnol».

Compte tenu de cette atteinte grave aux droits fondamentaux et à l'état de droit en Espagne, quelles mesures la Commission entend-elle prendre en tant que garante du respect des valeurs et de la législation de l'Union?

Langue originale de la question: EN 
Dernière mise à jour: 7 mai 2019Avis juridique