Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 38kWORD 9k
25 novembre 2019
E-004018/2019
Question avec demande de réponse écrite
à la Commission
Article 138 du règlement
Eric Andrieu
 Objet: Production des pompes à insuline MiniMed (MIP)

La société américaine Medtronic a décidé d’arrêter la production des pompes à insuline MiniMed (MIP) à l’horizon 2020. Cette pompe implantable, qu’elle est seule à produire, est un dispositif médical permettant l’administration d’insuline par voie intra-péritonéale chez les patients adultes diabétiques de type 1 au diabète non contrôlé par les autres systèmes d’injection d’insuline et présentant des épisodes hyperglycémiques et/ou hypoglycémiques sévères, fréquents ou non expliqués.

La décision de Medtronic d’arrêter progressivement la fabrication de ce dispositif dont bénéficient 350 citoyens européens, dont 250 Français, suscite un vif émoi parmi ces patients qui ne supportent aucun autre protocole médical. En effet, cette pompe constitue à ce jour la seule solution technique susceptible de stabiliser leur diabète et, bien que Medtronic se soit engagée à en assurer la production jusqu’en juin 2020 ainsi que la fourniture des consommables jusqu’à la fin de vie des pompes implantées, l’absence de pérennité du produit engendre de légitimes craintes parmi les bénéficiaires. Au regard de l’enjeu vital pour ces personnes, il parait nécessaire que la société Medtronic puisse assurer la continuité de la production ou accepte de transférer son savoir-faire à un tiers dans des conditions économiques acceptables.

Quelles actions la Commission européenne entend-elle mener pour empêcher l’abandon de cette technologie, qui reste aujourd’hui la seule disponible pour des centaines de diabétiques européens?

Langue originale de la question: EN
Dernière mise à jour: 10 décembre 2019Avis juridique