Procédure : 2018/2953(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : O-000124/2018

Textes déposés :

O-000124/2018 (B8-0420/2018)

Débats :

PV 13/12/2018 - 15
CRE 13/12/2018 - 15

Votes :

Textes adoptés :


Questions parlementaires
PDF 188kWORD 18k
20 novembre 2018
O-000124/2018
Question avec demande de réponse orale O-000124/2018
à la Commission
Article 128 du règlement
Czesław Adam Siekierski, au nom de la commission de l'agriculture et du développement rural

 Objet: Propagation de la peste porcine africaine
 Réponse en plénière 

La peste porcine africaine est une maladie infectieuse, généralement mortelle, qui touche les porcs et les sangliers. Elle représente des graves menaces pour l’élevage porcin, entrainant des pertes économiques indirectes considérables pour le secteur porcin en raison des interdictions soudaines et totales d’importation de porcs, de viande de porc et de produits à base de porc en provenance d’un pays où la maladie a été détectée imposées par des pays tiers. Dix États membres sont actuellement concernés.

Les sangliers sont porteurs du virus, qu’ils peuvent notamment transmettre à des porcs domestiques. Par ailleurs, l’homme a involontairement causé la propagation du virus sur de longues distances vers des régions qui n’étaient jusqu’alors pas infectées. Une approche globale impliquant l’ensemble des autorités compétentes, des organisations professionnelles et des associations de chasseurs ainsi que les citoyens s’impose clairement afin de prévenir, de maîtriser et d’éradiquer la peste porcine africaine. Il est important que les États membres diffusent des informations exactes en matière de biosécurité aux éleveurs afin que ceux qui sont en première ligne puissent prendre des mesures immédiates pour empêcher la transmission de la maladie.

Outre les mesures de prévention et de lutte que la Commission a déjà définies et qui doivent être appliquées lorsque la présence de la peste porcine africaine est suspectée ou confirmée dans une exploitation ou chez des sangliers:

1. Comment la Commission entend-elle veiller à ce que les activités de l’ensemble des autorités compétentes dans les domaines de la santé animale, de la vie sauvage, du transport routier et des douanes soient étroitement coordonnées?

2. Quelles démarches, notamment une éventuelle aide financière aux éleveurs concernés, la Commission compte-t-elle mettre en place afin de mieux contrôler et éradiquer la maladie?

3. Comment réagit-t-elle aux interdictions disproportionnées d’importation de porcs, de viande porcine et de produits à base de porc en provenance des États membres concernés que certains pays tiers ont adoptées?

Langue originale de la question: EN
Dernière mise à jour: 29 novembre 2018Avis juridique