Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 7kWORD 24k
27 novembre 2014
P-009840-14
Question avec demande de réponse écrite P-009840-14
à la Commission
Article 130 du règlement
José Bové (Verts/ALE)

 Objet:  Xylella Fastidiosa, maladie végétale épidémique
 Réponse écrite 

La Commission a connaissance de la présence en Italie, depuis 2013, mais sans doute bien avant, de la bactérie Xylella Fastidiosa et des effets désastreux de cette maladie fortement épidémique en particulier sur les oliviers de la région des Pouilles. Elle peut également survenir sur la vigne, les agrumes, les amandiers, les lauriers roses, les plants maraîchers, les chênes, etc… Sa progression galopante annonce une catastrophe sanitaire et économique en Europe.

Les informations recueillies par la délégation de l'ODARC (Office du Développement Agricole Rural Corse) pendant le symposium de Gallipoli (Italie) les 21 et 22 octobre 2014 sur les mesures de protection très insuffisantes face à l'ampleur des dégâts observés renforcent l'inquiétude des acteurs corses. Elle considère que les dispositifs de protection mis en place en Corse par les autorités publiques depuis septembre dernier sont également très nettement insuffisants.

Pour assurer une traçabilité absolue des végétaux importés, au-delà des simples passeports phytosanitaires européens, il apparaît primordial que l'entrée des végétaux importés soit concentrée dans seulement deux ports corses avec établissement d'une zone de quarantaine dans l'enceinte portuaire.

La mise en place très rapide, par les autorités françaises et régionales corses, de la protection phytosanitaire décrite dans le paragraphe précédent est-elle possible au regard de la règlementation communautaire et des compétences nationales?

Avis juridique