Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
PDF 41kWORD 18k
12 septembre 2019
P-002726-19
Question avec demande de réponse écrite P-002726-19
à la Commission
Article 138 du règlement
Catherine Griset (ID)

 Objet:  Importation de blé dur traité au glyphosate
 Réponse écrite 

Différentes grandes marques italiennes achètent leur blé dur au Canada, État qui autorise la pulvérisation de glyphosate sur le blé en prérécolte afin d'accélérer la maturation du grain. Le ministère de l'agriculture de la Saskatchewan, la plus grande province canadienne productrice de blé, estime que jusqu'à 70 % du blé est traité en prérécolte. Les études, aussi bien en Europe qu'outre-Atlantique, sur la présence de glyphosate dans nos assiettes sont rares et partielles, car si les échantillons contrôlés ne dépassent pas les normes, la plupart d'entre eux contiennent du glyphosate. Or, il ne faut qu'une faible dose pour avoir un effet endocrinien.

Le règlement (UE) no 1169/2011 concernant l'information des consommateurs sur les denrées alimentaires permet aux producteurs d'indiquer de manière volontaire le lieu d'origine de certaines catégories d'aliments.

Quels volumes de blé dur importés du Canada ou d'autres pays tiers dans l'Union européenne sont-ils concernés par ces pratiques agricoles?

La Commission trouverait-elle opportun, par souci de traçabilité et de transparence, d'obliger les producteurs à mentionner l'origine du blé sur les étiquettes?

Dernière mise à jour: 16 septembre 2019Avis juridique