Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Procédure : 2017/2510(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycles relatifs aux documents :

Textes déposés :

RC-B8-0120/2017

Débats :

PV 01/02/2017 - 16
CRE 01/02/2017 - 16

Votes :

PV 02/02/2017 - 7.6
CRE 02/02/2017 - 7.6
Explications de votes

Textes adoptés :

P8_TA(2017)0017

Procès-verbal
Mercredi 1 février 2017 - Bruxelles

16. Crise de l'état de droit en République démocratique du Congo et au Gabon (débat)
CRE

Déclaration de la Vice-présidente de la Commission/Haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité: Crise de l'état de droit en République démocratique du Congo et au Gabon (2016/2510(RSP))

Neven Mimica (membre de la Commission) fait la déclaration au nom de la Vice-présidente de la Commission/Haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

Interviennent Mariya Gabriel, au nom du groupe PPE, Elena Valenciano, au nom du groupe S&D, Charles Tannock, au nom du groupe ECR, Pavel Telička, au nom du groupe ALDE, Marie-Christine Vergiat, au nom du groupe GUE/NGL, Michèle Rivasi, au nom du groupe Verts/ALE, Mario Borghezio, au nom du groupe ENF, Bogdan Brunon Wenta, Jo Leinen, Mark Demesmaeker, José Ignacio Salafranca Sánchez-Neyra, Cécile Kashetu Kyenge, Cristian Dan Preda et Pier Antonio Panzeri.

Interviennent selon la procédure "catch the eye" Nicola Caputo et Notis Marias.

Intervient Neven Mimica.

Propositions de résolution déposées, sur la base de l'article 123, paragraphe 2, du règlement, en conclusion du débat:

—   Charles Tannock, Anna Elżbieta Fotyga, Ryszard Antoni Legutko, Ryszard Czarnecki, Tomasz Piotr Poręba, Karol Karski et Raffaele Fitto, au nom du groupe ECR, sur la crise de l’état de droit en République démocratique du Congo et au Gabon (2017/2510(RSP)) (B8-0120/2017)

—   Hilde Vautmans, Petras Auštrevičius, Izaskun Bilbao Barandica, Marielle de Sarnez, Javier Nart, Carolina Punset et Pavel Telička, au nom du groupe ALDE, sur la crise de l’état de droit en République démocratique du Congo et au Gabon (2017/2510(RSP)) (B8-0121/2017);

—   Marie-Christine Vergiat, Barbara Spinelli, Paloma Lopez Bermejo, Angela Vallina, Javier Couso Permuy, Dimitris Papadimoulis, Stelios Kouloglou, Kostadinka Kuneva, Kostas Chrysogonos et Merja Kyllönen, au nom du groupe GUE/NGL, sur la crise de l'état de droit en République démocratique du Congo et au Gabon (2017/2510(RSP)) (B8-0122/2017);

—   Elena Valenciano, Jo Leinen, Norbert Neuser et Cécile Kashetu Kyenge, au nom du groupe S&D, sur la crise de l’état de droit en République démocratique du Congo et au Gabon (2017/2510(RSP)) (B8-0123/2017);

—   Rolandas Paksas, Fabio Massimo Castaldo, Ignazio Corrao et Piernicola Pedicini, au nom du groupe EFDD, sur la crise de l’état de droit en République démocratique du Congo et au Gabon (2017/2510(RSP)) (B8-0124/2017);

—   Michèle Rivasi, Judith Sargentini, Igor Šoltes, Maria Heubuch et Bodil Valero, au nom du groupe Verts/ALE, sur la crise de l’état de droit en République démocratique du Congo et au Gabon (2017/2510(RSP)) (B8-0125/2017);

—   Mariya Gabriel, Bogdan Brunon Wenta, Michael Gahler, György Hölvényi, Maurice Ponga, Cristian Dan Preda, Anna Záborská, Joachim Zeller, Željana Zovko, Agustín Díaz de Mera García Consuegra, Frank Engel, Ádám Kósa, Adam Szejnfeld, Krzysztof Hetman, Tadeusz Zwiefka, Ivo Belet et Paul Rübig, au nom du groupe PPE, sur la crise de l’état de droit en République démocratique du Congo et au Gabon (2017/2510(RSP)) (B8-0126/2017).

Le débat est clos.

Vote: point 7.6 du PV du 2.2.2017.

Avis juridique