aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 

Grand débat du Parlement européen
« Enseigner et apprendre l'Europe à l'école »

 .
 .

Le Bureau en France du Parlement européen a organisé jeudi 11 octobre 2018 un grand débat/consultation sur le thème « Enseigner et apprendre l'Europe à l'école » au Palais de la Porte Dorée (Paris 12). L'objectif était de recueillir les propositions et avis d'enseignants et de parents d'élèves de lycées afin de les transmettre au Président du Parlement européen, M. Tajani, dans le cadre de l'engagement du Parlement européen dans les consultations sur l'Europe.

 
 .

Cinq ateliers de travail participatifs ont été organisés dont les thématiques proposées à la réflexion étaient les suivantes :
. La mobilité des élèves et des professeurs dans l'UE et dans le Monde ;
. Le rapprochement des systèmes éducatifs dans l'UE ;
. Les valeurs partagées de l'UE et l'engagement citoyen dans le système éducatif ;
. L'école comme lieu d'intégration ;
. L'éducation aux medias

Le député européen, Alain Lamassoure (PPE), a introduit cette journée en rappelant que la construction européenne avait permis, alors que la haine entre les peuples avait débouché sur les pires atrocités commises dans l'histoire de l'humanité avec la Seconde Guerre Mondiale et l'Holocauste, de réaliser un miracle : la réconciliation des peuples et des citoyens. Cependant, depuis quelques années, les discours de haine, exprimant une angoisse identitaire, se propagent dans tous les pays européens, rappelant les discours prononcés en Europe dans les années 30. Pour que les valeurs de l'Europe persistent et que cette réconciliation soit durablement assurée, il est primordial de veiller à la qualité de l'enseignement de l'Histoire. Si chaque pays a, bien entendu, son récit national, les États membres sont suffisamment unis pour s'écouter et croiser leurs regards sur l'Histoire. L'enseignement de l'Histoire et de l'Europe est indispensable pour assurer une paix durable.

Alain Lamassoure introduit les travaux du grand débat
Alain Lamassoure introduit les travaux du grand débat

Les ateliers participatifs

Les participants ont ensuite travaillé dans les ateliers participatifs :

Atelier 1 : la mobilité des élèves et des professeurs dans l'Union européenne et dans le Monde
Les trois principales propositions des participants étaient les suivantes :
. faire baisser le coût de la mobilité dans les pays d'accueil en privilégiant en privilégiant l'hébergement en familles ;
. la nécessité de préparer les familles en amont, en leur présentant le programme Erasmus+ afin qu'elles adhèrent au projet ;
. mieux valoriser le rôle des enseignants qui interviennent dans la partie administrative, notamment en tenant un rôle de référent. Leur travail doit être reconnu et mieux rémunéré.

Atelier 2 : le rapprochement des systèmes éducatifs dans l'Union européenne
Les principales propositions des participants étaient les suivantes :
. L'idée est non pas de disposer d'un référentiel totalement commun pour ne pas faire fi de l'histoire, de la culture et de l'identité de chaque pays, mais d'avoir certaines bases communes d'un pays à l'autre de manière à ce que l'élève puisse, à son retour de mobilité, valoriser son expérience de l'Europe ;
. parvenir, à terme, à des diplômes européens, en mettant en place des compétences communes à valider ;
. pourquoi ne pas créer un baccalauréat européen ?
. adopter un statut de fonctionnaire européen pour les enseignants et une harmonisation des salaires.

Ateliers participatifs du grand débat "Enseigner et apprendre l'Europe à l'école"
Ateliers participatifs du grand débat "Enseigner et apprendre l'Europe à l'école"

Atelier 3 : les valeurs partagées de l'Union européenne et l'engagement citoyen dans le système éducatif
Les trois principales propositions des participants étaient les suivantes :
. motiver les élèves à s'impliquer dans des projets et des actions qui engagent leur corps et leur esprit pour qu'ils puissent s'approprier ces valeurs ;
. l'obligation de valider un parcours européen, par la participation à des actions ou des projets européens, avec à l'appui un engagement collectif : établissement, familles, élèves ;
. l'obligation de mobilité géographique et intellectuelle, d'ouverture, dans le cadre des formations en milieu professionnel.

Atelier 4 : l'école comme lieu d'intégration
Les trois principales propositions des participants étaient les suivantes :
. organisation d'évènements autour de la langue, de la culture et du sport tout au long de l'année ;
. être en capacité d'écouter, de parler, d'échanger, de mettre en avant les autres, ceux qui sont d'une culture différente - même non européenne -, d'une religion différente, qui parlent une langue différente ;
. former les enseignants à l'intégration des nouveaux publics.

Atelier 5 : l'éducation aux technologies de l'information et de la communication et aux medias
Les principales propositions des participants étaient les suivantes :
. améliorer la logistique et la qualité du matériel ;
. former les personnels, et non uniquement les enseignants, aux nouvelles technologies ;
. former les professeurs à l'information et à l'éducation des medias ;
. utiliser les outils familiers aux jeunes, notamment les réseaux sociaux ;
. réaffirmer le rôle de l'audiovisuel public et développer une chaîne publique qui diffuserait des programmes en version originale de tous les pays d'Europe, sous-titrés en français ;
. accéder à des contenus et des portails gratuits.

 

La restitution

Participants au grand débat
Participants au grand débat "Enseigner et apprendre l'Europe à l'école"

La restitution des travaux en ateliers a donné lieu à un débat avec des élus et experts du monde de l'éducation, des médias et des questions européennes, modéré par Isabelle Coustet, cheffe du bureau du Parlement européen en France :

  • Monsieur Guillaume Balas, député européen (S&D, FR)
  • Monsieur Stéphane Kesler, Sous-directeur des Affaires européennes et multilatérales, ministère de l'Education nationale
  • Monsieur Lazare Paupert, Délégué académique aux relations européennes et internationales et à la coopération de l'académie de Paris
  • Madame Amel Cogard, Directrice des services numériques jeunesse et éducation chez France Télévision
Public assistant au grand débat
Public assistant au grand débat "Enseigner et apprendre l'Europe à l'école"