aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 
02/05/2018

2 mai 2018 - communiqué - Hold up organisé sur le budget agricole européen

Communiqué de presse de Michel Dantin et Angélique Delahaye
Députés et membres du Groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens)

Michel Dantin

Hold up organisé sur le budget agricole européen : une bombe à retardement pour les revenus agricoles en Europe

« Le Commissaire Oettinger s’apprête à annoncer une baisse de 9,5% du soutien direct aux revenus des agriculteurs dès 2021 en euros courants. C’est une très mauvaise nouvelle ».

« Avec une coupe de près de 3,9 milliards euros en moyenne par an sur la période (dès la première année, le budget passerait à 40,5 milliards d’euros en 2021 à UE27 contre 44,1 milliards d’euros en 2020 à UE28), la Politique Agricole Commune sera amputée de plus de 100% de sa part liée au coût du Brexit (estimée à 2,7 milliards d’euros – 19 milliards sur la période budgétaire). Pire, la PAC va être sabordée pour financer d'autres politiques. La Commission utilise en effet des arguties budgétaires pour avancer masquée : en exprimant la baisse budgétaire en euros courants, elle cache la baisse annuelle liée à l'inflation qui automatiquement mènera à une baisse supplémentaire des paiements directs de 5,8% en 2022, 7,6% en 2023....jusqu'à 15% en 2027.

C'est un hold up organisé, le casse du siècle au hauteur de 8,5 milliards d’euros.

Je suis sidéré par ces annonces qui, à terme, conduiront à une baisse dans les mêmes proportions des revenus agricoles en France et en Europe et à un abandon total des campagnes. Je ne parle même pas des faillites et autres situations précaires que ces baisses vont engendrer.  La Commission est irresponsable: alors qu'elle entend demander aux agriculteurs de faire des efforts supplémentaires en termes de protection de l’environnement, elle leur inflige une double peine :  augmentation de leurs coûts de production et baisse des aides ».

« Malheureusement, la France n’a pas été suffisamment claire jusqu’à présent et les agriculteurs en paient l’addition. J'en appelle au Président de la République et au gouvernement français de refuser cette proposition inique. Je m'emploierai au Parlement européen à la combattre ».

Angélique Delahaye

La PAC n’est pas une tirelire servant à financer d’autres politiques

"Depuis plusieurs semaines, le Commissaire en charge du budget annonce une baisse inéluctable de ce dernier du fait du Brexit. N'oublions pas que le budget (et donc celui de la PAC) est abondé par les États Membres, ce sont eux qui décident de l'ambition qu'ils veulent ou non donner à l'Union européenne. J'en appelle à la cohérence du Président de la République. Ses discours appelant à plus d'Europe doivent se traduire par un acte concret: l'augmentation du budget."

"Dans la situation actuelle, les agriculteurs ne pourraient souffrir une diminution du budget de la PAC. Celle-ci n'est pas la tirelire dans laquelle on se sert pour financer d'autres politiques comme la défense ou la politique migratoire. Si l'UE veut être présente sur d'autres terrains, elle doit s'en donner les moyens. L'heure n'est pas à la diminution du budget, mais à la définition des priorités. La PAC est la seule politique véritablement européenne n'ayant jamais existé, la remettre en question serait un signal très négatif pour l'avenir."