aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 
24/09/2018

24 septembre 2018 - Communiqué de presse : Sommet informel de Salzbourg : Non, M. Tusk, l’Egypte n’est pas un modèle à suivre !

Sommet informel de Salzbourg : Non, M. Tusk, l’Egypte n’est pas un modèle à suivre !

En amont du Sommet informel de Salzbourg, le Président du Conseil, Donald Tusk, s’est ébahi de la réussite du « modèle égyptien » en matière migratoire ; l'Égypte étant « un partenaire qui prend ses responsabilités au sérieux, un partenaire avec lequel nous pouvons travailler dans le contexte de la migration » puisqu’aucun migrant ne prendrait le départ depuis les côtes égyptiennes pour rejoindre l'Union européenne.

On reste sans voix et, sans même évoquer la situation des droits de l'Homme en Égypte, on est tenté de conseiller à Donald Tusk de regarder une carte de géographie et de voir quels seraient les risques d'une telle traversée.

On ne peut que s'interroger sur les motivations du Président du Conseil surtout quand il annonce un Sommet avec les pays arabes en Égypte en février prochain. Va-t-on vivre une nouvelle expérience comparable à la Turquie ou à la Libye où à coups d'euros, les gouvernements européens sont prêts à négocier avec n'importe quel régime pour tenter de bloquer les migrations venant des pays du Sud.

  1. Tusk se félicite que les traversées de la Méditerranée soient en très large diminution (gonflant au passage les chiffres de 2015). Dont acte. En effet, moins de 100 000 personnes ont réussi à rejoindre les côtes européennes pour y chercher une protection depuis le début de l’année, un des chiffres les plus bas jamais constatés.

Mais M. Tusk oublie de dire que, dans le même temps, les morts n’ont jamais été aussi nombreux. Selon le Haut-Commissariat pour les réfugiés, la Méditerranée est « plus mortelle que jamais » pour les migrants. Plus de 1 723 personnes ont trouvé la mort en Méditerranée depuis janvier. Cela veut dire qu'« une personne sur 18 tentant la traversée par la Méditerranée centrale meurt ou disparaît en mer, tandis que c'était une personne sur 42 au cours de la même période de 2017 ». Chiffre horrifiant qui ne tient pas compte des personnes qui meurent dans le désert ou des suites de violences, de torture, ou d’esclavage notamment en Libye.

  1. Tusk nous dit qu’il faut arrêter les jeux de dupes sur la migration. Soit, mais au lieu de vouloir sans cesse vouloir fermer les frontières aux migrants et réfugiés du sud, et à eux seuls, il ferait mieux de voir les réalités en face, de lire les travaux des chercheurs et de comprendre que si ces hommes, ces femmes et ces enfants, prennent le risque de mourir en Méditerranée, c'est parce qu'ils n'ont que leur vie à perdre et qu'ils n'ont pas de voies régulières pour arriver légalement dans l'UE.

Et plutôt que de justifier les discours des gouvernements les plus anti-migrants, M. Tusk devrait demander aux membres du Conseil de se mettre autour de la table pour discuter des propositions adoptées par le Parlement européen sur le régime d’asile européen, la réforme du règlement de Dublin et la mise en œuvre de voies légales de migration (carte bleue, visas humanitaires, ...).

Il pourrait également rappeler aux membres du Conseil leurs obligations internationales notamment en matière de sauvetage en mer, d'ouverture des ports aux rescapés et de droit d'asile.

Or le Président du Conseil préfère, au contraire, la fuite en avant derrière les nationalistes et l’extrême droite alors que l'Italie notamment montre que les électeurs finissent toujours par préférer l’original à la copie avec les conséquences que l'on sait.

Quelques jours après le discours d'Emmanuel Macron sur l'Europe des « progressistes », on attend sa réaction « humaniste ».

Contact: VERGIAT Marie-Christine marie-christine.vergiat@europarl.europa.eu