aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 
03/06/2014

Informations de la Maison de l'Europe de Provence

La Maison de l'Europe de Provence s'est mobilisée concrètement pour les élections européennes...

Chers amis européens,
La Maison de l'Europe de Provence s'est mobilisée concrètement pour les élections européennes, notamment en étant présente sur les marchés aixois tous les jours de la semaine qui a précédé le scrutin (pour distribuer le fascicule "Pourquoi voter le 25 mai ?") et en étant le partenaire du Parlement européen pour une soirée électorale à l'Hôtel de ville d'Aix-en-Provence. Cette action électorale ne faisait que couronner l'action civique que nous menons toute l'année. Bien sûr, on peut toujours faire mieux mais nous pouvons avoir le sentiment du devoir accompli. Nous étions quasiment seuls sur les marchés aixois, désertés par les partis politiques. J'en profite donc pour remercier nos stagiaires qui se sont courageusement mobilisés. Nous souhaitions donner envie aux citoyens de voter et limiter le vote anti-européen.

Il est clair que les résultats ne sont pas à la hauteur de nos espérances : nous n'avons pas pu empêcher l'abstention de rester majoritaire ni le FN d'arriver en tête. Il reste que la situation est loin d'être désespérée, malgré les commentaires alarmistes des journalistes :
- le FN n'a pas gagné ces élections : c'est l'alliance Droite-Centre qui arrive en tête (31 % pour l'ensemble des deux listes) contre 25 % au FN
- le FN n'est pas majoritaire : il n'a que 25 %
- les Français n'ont pas rejeté la construction européenne : si l'on additionne toutes les listes favorables à l'Union européenne on arrive à un total d'au moins 60 % alors que les listes hostiles font environ 1/3 des suffrages
- rien n'est irréversible : les résultats en Europe montrent que certains partis populistes ou d'Extrême-Droite ont reculé (Pays-Bas, Italie...) ou stagné (Hongrie...).
Ceci dit, il n'en reste pas moins que la situation en France est alarmante. Il y a un divorce complet entre certains citoyens et l'Europe. Nous devons y réfléchir et apporter des réponses concrètes à notre modeste niveau. Voici ce que je suggère :
1) Les institutions et les partis politiques sont défaillants : on ne parle pas d'Europe si ce n'est pour la critiquer. Il faut donc mettre les officiels devant leurs responsabilités en leur demander d'augmenter leur soutien à nos activités civiques et scolaires.
2) Une majorité de citoyens ne se sent pas concernée par la citoyenneté européenne : à nous, par exemple, de rédiger et de diffuser une petite plaquette sur la citoyenneté européenne.
3) La Maison de l'Europe de Provence me semble souvent perçue de façon passive ou institutionnelle : il est nécessaire d'engager les citoyens les plus actifs à nous rejoindre en lançant une campagne d'adhésion. Faisons-nous connaître pour ce que nous sommes : une association civique européenne !
4) Il est impératif de sortir de notre milieu de gens convaincus : la solution est de développer des partenariats en tous genres, en faisant adhérer des associations à la Maison de l'Europe ou en engageant des actions communes comme cela vient d'être le cas avec la Fédération des Foyers ruraux.
5) Développer nos stages pour bénéficier d'une équipe jeune et militante.
6) Il est désolant de voir un nombre croissant de nos concitoyens adhérer au vieux discours nationaliste du XIXe siècle : rien n'est supérieur à l'intérêt national et la souveraineté nationale ne se partage pas. Vous savez que nous pensons exactement le contraire ! Le nationalisme doit donc être dénoncé de façon spécifique. Cessons de nous voiler la face car comme le disait F. Mitterrand : "le nationalisme, c'est la guerre !"
Je vous fais ces réflexions à titre personnel. Vous avez certainement des idées à ce sujet et nous devons en discuter ensemble. Cela pourrait faire l'objet d'un conseil d'administration en juin ou début juillet, en relation avec notre journée européenne estivale du 28 juin. Je vais donc consulter pour proposer une date. Nous sommes tous concernés : merci de me faire part de vos réflexions.
Plus que jamais, continuons à faire avancer la citoyenneté européenne ! Bien cordialement.
APM

Je vous joins deux articles récents (26 et 27 mai) de LA PROVENCE qui mettent en valeur nos activités scolaires et civiques. Malgré tout ce qu'on peut dire de la presse, c'est encourageant de voir que nous arrivons quand même à percer le mur du silence par nos activités positives... Mes propos ont été reproduits de façon partiellement confuse dans l'article sur les élections. j'ai dit que le score des partis pro-européens était à Aix supérieur à celui du niveau national et je faisais ensuite allusion à la déclaration de M. Philippot (vice-président du FN) qui disait : "on s'en fout de l'élection du président de la Commission européenne !" Mais la tonalité générale est juste : contrairement à mes deux partenaires, j'ai dénoncé directement le Front National.

Contact :
Alain-Pierre MERGER
EURO CITOYEN <eurocitoyenprovence@gmail.com>