aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 

Jean-Luc Bennahmias et Malika Benarab-Attou répondent à vos questions sur l'Europe !

Retrouvez les réponses de vos eurodéputés Jean-Luc Bennahmias (Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe) et Malika Benarab-Attou (Groupe des Verts) aux questions posées dans l'Eurostudio, en décembre, sur la Canebière à Marseille.

L'Eurostudio, c'est un vidéomaton aux couleurs de l'Europe, installé le temps d'une semaine sur la Canebière à Marseille en décembre, qui a permis aux citoyens d'y enregistrer leurs questions sur l'Union européenne, les relations entre l'Europe et la Méditerranée, les actions de l'UE en faveur des jeunes, le rôle des députés européens...

 

Que fait l'Europe pour les jeunes ?

Jean-Luc BENNAHMIAS : Il existe de nombreux programmes européens exclusivement destinés à la jeunesse : le plus connu d'entre eux est le programme ERASMUS. En vertu des partenariats conclus entre les universités des 27 Etats membres de l'Union européenne, chaque étudiant peut effectuer une année d'étude à l'étranger avec l'aide d'une bourse allouée par l'Union européenne. Au-delà d'être un réel outil sur le plan académique, l'échange ERASMUS est souvent pour les jeunes Européens qui en bénéficient une véritable expérience de vie et un moyen de découvrir réellement les différents peuples de l'Union européenne, qui est beaucoup plus qu'une Union simplement politique ou économique.

Par ailleurs, il existe d'autres programmes comme le "Service volontaire européen" ou "Jeunesse en action" qui permettent à tous les jeunes des 27 Etats membres de profiter d'une expérience professionnelle pertinente dans un autre Etat membre. C'est notamment par ces échanges, par cette découverte de l'autre, que l'identité européenne se crée.

L'Union européenne joue également un rôle important dans l'éducation des jeunes Européens à travers de nombreux programmes éducatifs mais a également permis la correspondance des diplômes universitaires entre tous les Etats de l'Union avec le système LMD, dans le but de favoriser la mobilité. Enfin, L'Union européenne a son mot à dire dans la réglementation encadrant un grand nombre de disciplines sportives.


Malika BENARAB-ATTOU : Le rôle de l'Union européenne consiste à proposer des objectifs communs tout en laissant les Etats membres libres de choisir leurs propres moyens pour les mettre en œuvre, et à identifier les bonnes pratiques des États membres (par exemple, la lutte très efficace de la Finlande contre le décrochage scolaire) et inciter les autres États membres à suivre ces bonnes pratiques.

Les différentes priorités de l'UE pour la jeunesse sont :

·Encourager le volontariat

Faire du volontariat, c'est contribuer à sa communauté, faire œuvre de citoyen et faire vivre les valeurs européennes communes, comme la solidarité et la cohésion sociale. Cela permet également d'acquérir des connaissances et des compétences et donc d'améliorer sa capacité d'insertion professionnelle (atout important en période de crise économique !)
Aujourd'hui, le volontariat rencontre peu de succès auprès des jeunes car les programmes de volontariat sont peu visibles et il y a malheureusement peu de volonté de la part des Etats membres pour mettre ces programmes en valeur.

Pour cette raison, l'UE a nommé 2011 "année européenne pour le volontariat".

·Favoriser la participation des jeunes à la vie démocratique européenne en finançant des organisations et des projets qui lient jeunesse et démocratie. Aujourd'hui, la priorité est d'instaurer des consultations régulières de forums de jeunes, d'impliquer les jeunes dans la préparation des politiques et la prise de décisions ; financer des rencontres de jeunes et de responsables de la politique de la jeunesse.

·Encourager la mobilité des jeunes et en particulier les étudiants (avec Erasmus), les apprentis (avec Leonardo), les bénévoles (avec le Service Volontaire Européen), les écoliers, collégiens et lycéens et enseignants (avec Comenius).

·Améliorer les politiques d'éducation et de formation tout au long de la vie et réduire le décrochage scolaire et l'illettrisme, favoriser l'accès des jeunes à l'éducation et à l'emploi, réduire les discriminations entre les jeunes.

·Améliorer les informations disponibles pour les jeunes sur les questions européennes (via les sites web...) car il y a une masse d'information disponible en ligne, mais un manque énorme de lisibilité.

Que fait l'Europe pour l'environnement ?

Jean-Luc BENNAHMIAS : C'est une vaste question...mais en quelques mots, s'il y a un sujet pour lequel l'Europe apporte indiscutablement une valeur ajoutée, c'est bien l'environnement ! La politique de l'Union européenne est née dans les années 70 et n'a cessé de se développer depuis, elle s'est élargie aux questions du changement climatique et de l'énergie. L'Union essaie aujourd'hui de jouer un rôle de leader dans les discussions mondiales sur le changement climatique. Elle a adopté un plan énergie-climat en décembre 2008 dans lequel elle s'engage aux "trois 20%": diminuer de 20% les émissions de gaz à effet de serre, réduire de 20% la consommation d'énergie, atteindre 20% d'énergies renouvelables d'ici à 2020.

Pour remplir ces objectifs, nous avons, pas plus tard que la semaine dernière, en session plénière du Parlement européen, adopté une résolution sur la stratégie énergétique de l'Union européenne pour l'année à venir.

Concrètement, l'Union a adopté des mesures contraignantes pour lutter contre la pollution (des sols, de l'air, de l'eau), pour protéger la nature et la biodiversité mais aussi pour gérer les déchets.

Quel rôle jouent les députés européens dans les relations avec le Maghreb, l'Afrique, et la résolution du conflit au Sahara occidental ?

Malika BENARAB-ATTOU : En tant que membre de la Commission des affaires étrangères du Parlement européen et de la Commission mixte UE-Maroc, je suis intervenue le jeudi 18 novembre dernier auprès du Ministre des affaires étrangères du Maroc Taïeb Fassi-Fihri et de la Présidente de la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants marocaine. Je leur ai rappelé que la responsabilité de la résolution du conflit incombait à l'ensemble des acteurs, les Marocains, les Sahraouis, les Algériens et les Espagnols.

Je suis par ailleurs membre de la délégation du Parlement européen pour les relations avec les pays du Maghreb et je pense personnellement que la solution doit être le fruit d'une volonté commune de tous les acteurs, via l'intégration régionale d'un Maghreb pluriel et démocratique.

Plus précisément sur les violences que nous avons vues aux alentours des camps sahraouis durant l'intervention des forces de police marocaines, le Parlement européen a adopté une position forte demandant au Maroc de faire un enquête dans les plus brefs délais sur les évènements, en affirmant que l'ONU est la mieux abilitée pour cela. Nous voulons également que cessent les violations des droits de l'Homme au Maroc qui lui seul bénéficie d'un statut avancé avec l'Union européenne. Il est inacceptable que soit refusé à des journalistes et à des députés européens l'accès aux camps sahraouis.

J'ai donc parlé de cette situation dramatique avec mes collègues cette semaine au Ministre des affaires étrangères marocain qui est revenu au Parlement européen ce mercredi.  J'ai alerté sur les cas d'abus et de torture des détenus sahraouis dont m'ont fait part les organisations de défenses des droits l'Homme, notamment Human Rights Watch et la REMDH (Réseau Euromed pour les Droits de l'Homme).

Que fait l'Europe pour assurer des services publics de qualité et à un prix raisonnable ?

Jean-Luc BENNAHMIAS : les services publics constituent en effet un enjeu central dans nos sociétés aujourd'hui: comment concilier le marché intérieur, les règles de la concurrence pour les activités économiques marchandes avec la nécessité de services publics de qualité, dont certains doivent être soustraits aux règles du marché intérieur ?

C'est le combat que nous menons en ce moment au Parlement européen : avec plusieurs de mes collègues eurodéputés, nous essayons de clarifier la notion européenne de "service d'intérêt général" - jargon européen pour évoquer les services publics- et sortir les "services sociaux d'intérêt général" du champ de la concurrence. Il faut reconnaitre l'universalité de certains services. Dans le même temps, d'autres services, dits commerciaux, doivent être encadrés précisément pour éviter les hausses de prix et la baisse de la qualité.

Au Parlement européen, je suis vice-président de l'intergroupe (regroupement informel de députés européens) Services Publics: nous organisons régulièrement des réunions et manifestations pour évoquer ces questions.

Est-ce que la Turquie rentrera un jour dans l'UE ?

Malika BENARAB-ATTOU : Pour moi l'enjeu de l'adhésion turque est primordial pour la Turquie elle-même, pour l'Europe, mais aussi au delà : l'adhésion d'un pays à majorité musulmane au sein de l'Europe signifierait une reconnaissance par celle-ci de ses citoyens musulmans, et donc de sa pluralité.
Il n'empêche que les réformes constitutionnelles visant à renforcer l'Etat de droit, les libertés publiques et le pluralisme autant politique que linguistique et culturel en Turquie restent indispensables.
Tout aussi important pour moi est le processus de négociation en vue de cette adhésion. A ce titre j'ai souhaité adresser au Commissaire européen à l'élargissement, Stefan Füle, mes préoccupations quant à la protection de la diversité culturelle et biologique en Turquie. J'ai également alerté le Commissaire sur les risques environnementaux et culturels engendrés par certains barrages en Turquie, (par exemple le projet de 19 centrales hydroélectriques, les projets de barrages, construits d'ailleurs par nos entreprises européennes, menacent d'engloutir des sites millénaires, patrimoines de notre histoire commune euro-méditerranéenne, byzantine, arabe, iraquienne, kurde et turque !)

Quel rôle jouent les députés européens ?

Jean-Luc BENNAHMIAS : Les députés européens sont les représentants légitimes du peuple au sein des instances européennes : ils sont élus au suffrage universel direct et sont chargés de voter les textes élaborés par la Commission européenne. Le Parlement partage le pouvoir législatif avec le Conseil de l'Union européenne, composé des gouvernants des 27 Etats membres. Les parlementaires ont aussi la possibilité d'amender fortement les propositions de textes législatifs soumis par la Commission dans le cadre de la procédure législative ordinaire.

L'importance des députés européens est souvent sous-estimée à tort : en effet, une proportion considérable des législations nationales est une transposition des textes votés à l'échelon européen. De plus, les domaines de compétence du Parlement européen sont étendus depuis la ratification du Traité de Lisbonne, notamment en matière budgétaire. Le Parlement a également un important rôle de consultation des autres institutions par le biais des avis qu'elle rend et exerce aussi un fort contrôle sur la composition de cette dernière.

Je ne suis pas assez informé(e) sur l'Union européenne...

Jean-Luc BENNAHMIAS : Je suis d'accord, les medias nationaux accordent peu d'attention à l'Europe et aux questions européennes...Pourquoi ? En raison de la complexité du fonctionnement de l'Europe, parce que souvent "il n'y a pas d'images", les discussions ont lieu dans des réunions, des déjeuners, des échanges...ce n'est pas du fait divers ! Cependant, pour vous informer, je vous invite à suivre les activités du Parlement européen en région, par le biais des bureaux de représentation du Parlement et des bureaux d'informations sur l'Europe, à Marseille par exemple, et à regarder quelques sites intéressants sur internet : Toute l'Europe, presseurop, génération 112... Beaucoup d'informations circulent sur le net ! Et bien sûr, en tant que député européen, je parcours aussi la région Sud Est avec mes collègues eurodéputés élus de cette circonscription à la rencontre des citoyens pour combler le manque d'information que vous évoquez !

Dans le cadre des Journées du Prix LUX, le Bureau d'information du Parlement européen à Marseille s'associe au Festival de Cinéma Européen des Arcs et vous convie à la projection des films finalistes du Prix LUX 2017 en présence de députés européens du Sud-Est: 120 battements par minute, de Robin Campillo (France), Sámi Blood, d’Amanda Kernell (Suède, Norvège, Danemark) et Western, de Valeska Grisebach (Allemagne, Bulgarie, Autriche).  
Lire la suite
Le vendredi 1er décembre 2017, le Bureau d'information du Parlement européen à Marseille s'associe à la Mairie de Montélier et au Centre d'Information Europe Direct Sud Rhône-Alpes, et vous convie à la projection du film "Toni Erdmann", à 20h.
Lire la suite
Les maladies rares affectent la vie quotidienne d'environ 30 millions de personnes dans l'Union européenne, dont de nombreux enfants. Ces maladies rares et complexes peuvent entraîner des problèmes de santé chroniques et nombre d'entre elles peuvent s'avérer mortelles. Souvent, ces maladies ne sont pas diagnostiquées en raison du manque de connaissances scientifiques et médicales ou des difficultés d'accès à des spécialistes. Que fait l'Union européenne pour remédier à cette situation et améliorer la prise en charge des patients souffrant de ces pathologies ?  
Lire la suite
Mediterranea - Jonas CARPIGNANO
Dans le cadre du Festival du film historique du Teil, dont le thème est « Sur les chemins de l’exil », le Bureau d'information du Parlement européen à Marseille s'associe au Musée de la Résistance et de la Déportation en Ardèche et au Centre d'Information Europe Direct Sud Rhône-Alpes, et vous convie à la projection du film "Mediterranea", l'un des trois films finalistes du Prix LUX 2015.
Lire la suite
Le Lycée professionnel Finosello à Ajaccio récompensé pour sa participation au programme "École ambassadrice du Parlement européen". Remise de plaque au lycée et de diplômes d'ambassadeur junior aux lycéens ayant pris part activement au programme 2016-2017.
Lire la suite
À peine j’ouvre les yeux - Leyla BOUZID
Le vendredi 29 septembre 2017, le Bureau d'information du Parlement européen à Marseille s'associe à la mairie de Cobonne et au Centre d'information Europe Direct Sud Rhône-Alpes, et vous convie à la projection du film "À peine j'ouvre les yeux", à 20h30.
Lire la suite
Caricatures, expositions, débats, dédicaces : la liberté d’expression au centre de cette manifestation qui, du 18 au 24 septembre, se déroulera dans le quartier de l’Estaque à Marseille. Des dessinateurs venant de différents pays seront présents.
Lire la suite
Le 19 septembre 2017 dans l'après-midi, visite du député européen Michel DANTIN et d'autorités locales à des projets bénéficiaires des fonds européens dans le Var.
Lire la suite
      Actualisation au 15/09/2017: Le débat est reporté à une date ultérieure, nous nous excusons pour la gêne occasionée. Sont maintenues les visites des projets subventionnés par des fonds européens.      Contrairement au modèle économique linéaire traditionnel, fondé sur le schéma du "prendre-faire-consommer-jeter", l'économie circulaire est basée sur la réutilisation, la réparation, la rénovation et le recyclage, dans un cycle (presque) fermé, et accorde une grande valeur aux produits et aux matériaux qu'ils contiennent.
Lire la suite
Depuis 2015, l’accueil des réfugiés est devenu le thème le plus discuté au sein de l’Union européenne et nous incite à nous interroger sur les questions d’intégration, sécurité et éducation.
Lire la suite